mar. Oct 27th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Arrêtés, emprisonnés puis expulsés: 22 Maliens en provenance d’Angola ont regagné le pays

Arrêtés, emprisonnés puis expulsés 22 Maliens en provenance d'Angola ont regagné le pays

Quelques jours à peine après le rapatriement de 160 jeunes Maliens en provenance d’Algérie, c’est au  tour  de la République angolaise d’expulser 22 de nos compatriotes qui étaient partis de  chez eux pour faire.  Ils sont arrivés, le lundi 11 février, à bord d’Ethiopian  Airlines. Ils sont tous des jeunes dont la moyenne d’âge est comprise entre  24 et 40 ans évoluant majoritairement dans l’industrie extractive de diamant et le commerce. Pour mettre fin à leurs conditions difficiles de détention, le gouvernement malien a organisé un rapatriement volontaire. Une première vague est arrivée et d’autres  suivront dans les prochains jours.

ls ont été attrapés dans le cadre de l’opération Transparence et Resgate initiée par le président angolais, João Lourenço. En effet, le pays a ordonnancé  une opération intitulée « Transparence » qui vise à combattre l’exploitation et le trafic illégal de diamant jusqu’en 2020. L’opération, qui a débuté  le 25 septembre 2018, s’est concentrée sur le commerce informel, les comportements criminels, les ventes de médicaments sur la voie publique, l’exercice illégal d’activités religieuses, le stockage illégal de combustibles et autres….

A la suite de cette opération de « transparence », une seconde opération dénommée « Resgate » a été mise en place, le 6 novembre dernier, pour réprimer les comportements criminels et  rétablir les conditions nécessaires et indispensables au fonctionnement normal des institutions étatiques. Toute chose qui  a permis aux forces de l’ordre de faire des perquisitions, vérifier, saisir ou fermer des établissements de vente de diamants, d’appliquer des amendes,  mais aussi de renvoyer les cas de litiges devant les tribunaux compétents et arrêter tous les étrangers en situation irrégulière avant de les expulser.

Malheureusement, beaucoup de Maliens ont été victimes de ces deux opérations sur  les 30.000 Maliens que compte l’Angola. De prison en prison dans des conditions difficiles, ils ont été acheminés au Mali grâce à ‘implication des autorités.

Madou Coulibaly est un exploitant de diamant ayant résidé 7 ans en Angola précisément à Kafo à 800 kilomètres de Luanda, la capitale. Il été victime d’une descente policière à son domicile, un soir après le service. Après lui avoir demandé les papiers, ne les ayant pas, les policiers lui ont réclamé alors de leur verser 500 dollars US soit l’équivalant de 250.000 Fcfa en échange de sa liberté.  Toute chose qu’il a refusée, convaincu qu’il ne pourrait pas supporter un tel racket longtemps. C’est ainsi qu’il a été conduit en prison puis transféré trois  fois de suite avant de regagner la capitale où il rencontrera beaucoup d’autres de ses compatriotes se trouvant dans la même situation. Il séjournera en prison 50 jours au cours desquels il dit avoir été bénéficié du soutien de l’ambassade du Mali en Angola et d’un Malien du nom de Kanouté, qui est très dévoué pour la cause de ses compatriotes en difficulté.

Kanouté intervient auprès d’eux avec des couvertures, des habillements et nourritures. Tous les ressortissants de  l’Afrique de l’ouest, qui croupissent  en prison, bénéficient de son assistance.

De la même manière, ajoute t- il, l’ambassade aussi est aux petits soins de tout un chacun surtout pour l’établissement des documents. Il est à préciser  que nos compatriotes sont rentrés les mains vides.

Madou Coulibaly s’était rendu en  Angola après le renversement de Kadhafi en Libye où il a vécu cinq  ans. Comme beaucoup de ses compagnons, il compte désormais s’investir dans la terre à travers l’agriculture et l’aviculture.

F. Mah Thiam KONE

Source: l’Indépendant