ven. Oct 23rd, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Ouverture demain de la conférence internationale sur la sécurité de Munich (Allemagne): Le financement de la force conjointe du G5 Sahel parmi les sujets à débattre

Ouverture demain de la conférence internationale sur la sécurité de Munich (Allemagne): Le financement de la force conjointe du G5 Sahel parmi les sujets à débattre

Les travaux de la 55e édition de la Conférence internationale sur la sécurité de Munich, en Allemagne, sont prévus du 15 au 17 février. Pour la circonstance, le Mali sera représentant par le ministre de la Défense et des Anciens combattants, Pr Tiémoko Sangaré. Il animera un panel sur l’insécurité au Sahel.

C’est donc ce vendredi 15 février que va démarrer la 55e édition de la Conférence internationale sur la Sécurité. Cette rencontre de haut niveau verra la participation de plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement, des ministres des Affaires étrangères et ministres de la Défense ainsi que plus de 600 décideurs de haut niveau dans ce monde.

Parmi les participants, on note aussi de grandes organisations internationales, notamment le Fonds monétaire international (FMI), l’OTAN et l’UE. Leur présence est motivée par des échanges qui auront lieu autour du multilatéralisme et la coopération.

Cette rencontre, initiée en 1962, est devenue aujourd’hui, un des lieux d’expression les plus importants sur la sécurité mondiale. Elle réunit tous les ans des ministres, députés, hauts responsables diplomatiques, militaires, scientifiques et représentants des médias autour des questions de politiques étrangères, de défense et de sécurité qui se posent dans le monde.

L’occasion sera aussi mise à profit pour contribuer au renforcement du cadre d’échanges plus interactifs entre le Mali et ses partenaires techniques et militaires en garantissant une meilleure compréhension et appropriation juste des défis et attentes, en matière de sécurité au Mali et dans la sous-région.

Le ministre Pr Tiémoko Sangaré devrait profiter du panel qu’il anime sur la sécurité au Sahel pour parler de la force conjointe du G5 Sahel qui n’a toujours pas réuni le montant nécessaire à son opérationnalisation. Actuellement, seuls 4% du budget de cette force est disponibles.

Massiré DIOP

Source: l’Indépendant