jeu. Nov 26th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

« Cinq mille ans de création, un demi-siècle de cinéma »: Une initiative de Souleymane Cissé et l’UCECAO pour faire connaître au public malien le patrimoine cinématographique national et son histoir

"Cinq mille ans de création, un demi-siècle de cinéma": Une initiative de Souleymane Cissé et l'UCECAO pour faire connaître au public malien le patrimoinecinématographique national et son histoire

A l’initiative des films Cissé et de l’Union des créateurs et entrepreneurs du cinéma et de l’audiovisuel de l’Afrique de l’ouest (UCECAO), le projet « Cinq mille ans de création, un demi-siècle de cinéma » entend proposer des manifestations cinématographiques au Mali du 19 au 22 septembre. Commémorant les 50 ans du cinéma au Mali, dont les premiers essais cinématographiques sont l’aspirant et le retour de « Tiéman » de Souleymane Cissé en 1969, le projet « Cinq mille ans de création, un demi-siècle de cinéma » a pour objectif de faire connaître au public malien le patrimoine cinématographique national et son histoire.

Pour expliquer le projet « Cinq mille ans de création, un demi-siècle de cinéma« , Souleymane Cissé a indiqué qu’il prendra la forme de festivités: projections de films nationaux, suivis d’échanges et de débats, dans les villes, dans les quartiers populaires, à Bamako et à travers tout le pays, les 19, 20 et 21 septembre, soit les jours précédant la fête de l’indépendance du 22 septembre. Ces projections seraient accompagnées par la diffusion de films sur des chaînes de télévision maliennes.

Selon le réalisateur, le cinéma malien est, hélas, trop méconnu des jeunes générations, ces oeuvres qui racontent le Mali d’hier et d’aujourd’hui sont peu à peu oubliées. Raison pour laquelle, il a indiqué que l’intérêt et la mission de « Cinq mille ans de création, un demi-siècle de cinéma » est de faire vivre ce patrimoine culturel, de faire exister ces films par leur rencontre avec le public malien, toutes générations confondues.

Un objectif du projet est également de faire savoir au public le contexte dans lequel le cinéma a émergé au Mali. De parler de l’enthousiasme qui a animé ses créateurs, qui n’avaient pas forcément fait d’école de cinéma, mais qui débordaient d’envie, qui voulaient que « notre image existe », comme le dit Souleymane Cissé.

Ces artistes, qu’ils soient réalisateurs, cameramen, techniciens, comédiens du théâtre national ou autre, ont incarné la motivation de toute une génération autour de cet art. Il est essentiel qu’ils puissent raconter et transmettre ce récit et leur expérience, aux jeunes générations; les festivités de « Cinq mille ans de création, un demi-siècle de cinéma » ont vocation à en être le cadre.

Pour Souleymane Cissé, « Cinq mille ans de création, un demi-siècle de cinéma » ne se limitera pas aux premiers films de l’histoire du cinéma malien.

Des films de différentes époques et réalisés par de nombreux cinéastes, qui constituent autant de regards singuliers sur le Mali, seront projetés et partagés avec le public. Les auteurs maliens et maliennes des jeunes générations seront également mis à l’honneur, un des objectifs du projet étant la rencontre et le dialogue intergénérationnel.

« A l’heure où le Mali vit une période critique, où le vivre-ensemble est mis à mal dans plusieurs régions du pays, il est primordial de réunir et rassembler les populations autour de leur patrimoine culturel commun, en l’espèce ici: le cinéma. Ne négligeons pas le cinéma, ne l’oublions pas, il est trop précieux. Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir » a conclu Souleymane Cissé

B.DIABATE

Source: l’Indépendant