lun. Oct 19th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Report des élections au Nigeria: quid de la campagne électorale?

Report des élections au Nigeria: quid de la campagne électorale?

Au Nigeria, après le report des élections, l’heure est à la réorganisation pour les candidats. Le scrutin est désormais prévu pour le samedi 23 février. Officiellement, la campagne est close depuis le vendredi 15 février. Mais certains évoquent une possible reprise.

La majorité des partis politiques veut battre campagne ces jours-ci. « Selon l’article 99 du Code électoral, la campagne s’achève 24 heures avant le scrutin, et nous comptons bien nous tenir à cette règle », souligne l’un des porte-parole du PDP. « Nous voulons utiliser ce temps supplémentaire pour sensibiliser les électeurs sur l’importance de se remobiliser samedi prochain », justifie un cadre de l’APC.

Même état d’esprit chez les petits candidats, qui ont déjà perdu beaucoup d’argent dans la mobilisation de leurs mandataires samedi dernier. Des petits candidats qui ont peu de moyens financiers. Ce report ne les arrange pas, puisque cela implique des dépenses qui n’étaient pas prévues.

On devrait donc assister à un bras de fer entre, d’un côté, les partis politiques, frustrés par ce report et, de l’autre, la Commission électorale, qui a souligné samedi que la campagne électorale est bel et bien close.

Une organisation complexe

D’autant plus que la commission électorale se retrouve aussi avec une charge de travail supplémentaire pour cette semaine. Pour éviter des fraudes, dans l’immédiat le matériel électoral a été renvoyé à la Banque centrale du Nigeria, à Abuja. C’est un lieu sécurisé et c’est depuis la capitale fédérale que tout est centralisé.

En parallèle, la Commission compte réinitialiser 180 000 lecteurs de cartes d’électeurs. Il s’agit d’un outil indispensable, puisque le vote est biométrique. Ces machines doivent donc de vérifier la validité des cartes d’électeurs. Cette opération va prendre cinq jours, assure Yakubu Mahmood, le président de l’Inec (Commission électorale nationale indépendante). Ensuite, soixante-douze heures avant le scrutin, il faudra de nouveau acheminer le matériel électoral dans les centres des gouvernements locaux qui, eux-mêmes, redistribueront le matériel dans les 120 000 bureaux de vote prévus pour samedi.

Source: Rfi