mar. Sep 22nd, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Après avoir réclamé à travers 2 Fatwa la démission du Premier ministre: Les leaders religieux lanceront, le vendredi 5 avril prochain, leur 3e Fatwa contre IBK lui-même

Après avoir réclamé à travers 2 Fatwa la démission du Premier ministre: Les leaders religieux lanceront, le vendredi 5 avril prochain, leur 3e Fatwa contre IBK lui-même

Décidemment, les leaders religieux sont décidés à aller jusqu’au bout pour voir le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga quitter ses fonctions. En effet, après avoir réclamé sa démission à deux reprises lors du meeting du 10 février au stade 26 mars et pendant la conférence de presse tenue le 20 février à la  Maison de la presse, l’Imam Mahmoud Dicko et le chérif Bouyé Haïdara ont décidé de lancer la troisième et dernière fatwa contre le président IBK lui-même. Ce sera le vendredi 5 avril prochain à la place de l’indépendance

Pour le porte-parole du Haut Conseil Islamique, Issa Kaou Djim, depuis un certain déjà, Cheikh Mahmoud Dicko avait annoncé qu’il allait rassembler tous les enfants de ce pays le 5 avril. » Après la prière du vendredi, il est demandé à tous les commerçants de fermer toutes leurs boutiques, les hommes, les femmes, les jeunes et vieux ainsi que tous ceux qui peuvent se rendre à Bamako à ce grand rassemblement, en voiture ou à pied doivent y participer « .

Selon lui,  » cette troisième fatwa concerne IBK, mais pas Boubèye « .Aussi dira-t-il,« le message qui lui est destiné ne lui sera pas transmis mais il le verra de ses yeux. Les policiers sont des fils de ce pays, ce sont nos enfants, les gaz lacrymogènes et les armes qu’ils ont en leur possession, ils ne pourront pas les utiliser contre le peuple. Idem pour la garde et la gendarmerie nationales « . 

Et d’ajouter : » Venez  nombreux à la place de l’indépendance. Trop c’est trop. Ce pays n’appartient pas IBK, il lui a été confié. Le peuple en est le véritable propriétaire. On ne peut pas tuer les gens n’importe comment et faire croire à l’opinion que ce sont les Peulhs et les Dogons qui s’entretuent « s’est-il insurgé. Avant de poursuivre qu’  » en réalité, ils veulent créer une guerre civile dans le pays. Sinon avant de vouloir dissoudre une milice, il fallait d’abord au préalable mener une enquête pour appréhender les coupables. Mais nous, nous avons compris cette stratégie. Le message de Bouyé Haïdara aussi sera entendu. Rendez-vous à la place de l’indépendance le 5 avril prochain « .

Source: l’Indépendant