ven. Sep 18th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Prétendue embuscade meurtrière du GSIM contre le MSA, le 19 mars dernier: Le MSA dément et indexe des éléments de la CMA enregistrés au MOC de Gao

Prétendue embuscade meurtrière du GSIM contre le MSA, le 19 mars dernier Le MSA dément et indexe des éléments de la CMA enregistrés au MOC de Gao

Dans un communiqué en date du 23 mars dernier, le  » Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans  » (GSIM) a revendiqué une embuscade tendue contre les éléments du Mouvement pour le Salut de l’Azawad (MSA), le 19 mars précedent, aux environs d’Indelimane, dans la région de Gao. Le groupe va même plus loin en affirmant avoir tué neuf combattants du MSA, fait un prisonnier et plusieurs blessés et incendié un véhicule.

Certes, avec ces opérations contre le terrorisme en soutien aux FAMAs et aux soldats français de Barkhane, les combattants du MSA sont devenus des cibles de l’Etat Islamique au Grand Sahara (EIGS) et du  » Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans « (GSIM). Déjà, plusieurs combattants de ce mouvement impliqué dans le processus de paix ont été soit assassinés, soit enlevés. S’y ajoutent des attaques contre ses patrouilles.

Pourtant, l’opération à laquelle fait allusion le GSIM n’est que pure invention qui prouve que les terroristes, malgré des coups d’éclat, sont très affaiblis surtout dans les régions de Gao, Ménaka et environs. En effet, il nous est revenu que ce jour-là, le mardi 19 mars dernier, c’était juste un véhicule du MSA qui a été enlevé par des éléments du MOC de GAO pour le compte de la CMA. Selon une source proche du MSA, l’enlèvement de ce véhicule a été perpétré par un élément du HCU, répondant au nom de Sidi Ag Ahmed, qui est aussi enregistré au MOC de Gao pour le compte de la CMA.

Il s’est fait aider dans ce coup par son jeune frère du nom d’Aghlass Ag Mohamed, lui-aussi membre du MOC de Gao pour le compte du MSA. C’est ce dernier qui a été fait passer pour un prisonnier dont le communiqué des terroristes fait allusion.

Il nous est revenu que ces deux frères ont profité de l’absence du chauffeur du véhicule pour l’enlever. D’ailleurs, le MSA a promis de tout mettre en œuvre pour les retrouver. Comme on le voit, il ne s’agit donc nullement d’une embuscade comme le prétend le GSIM. C’est un simple vol de véhicule comme il en arrive souvent. Surtout que l’identité des auteurs est même connue de tous.

Apparemment, les terroristes, en raison des coups de boutoir qu’ils subissent à Gao, Ménaka et environs, inventent toutes sortes d’histoires pour étayer leur présence et faire croire que leur capacité de nuisance reste intacte. Ce qui est pourtant le cas dans ces-dites localités où la seule arme qui leur reste, après le mensonge, c’est de s’en prendre à des civils innocents.

Massiré DIOP

Source: l’Indépendant