sam. Mai 15th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

FIN DE LA RÉUNION DE CONCERTATION DE HAUT NIVEAU SUR LES QUESTIONS DE « DÉFENSE ET SÉCURITÉ »: La CMA boude la signature du document final

Fin de la réunion de concertation de Haut Niveau sur les questions de "Défense et Sécurité" : La CMA boude la signature du document final

Les travaux de la réunion de Concertation de Haut Niveau  » Défense et Sécurité » à Bamako ont pris fin, le mardi 9 avril dernier. Démarrée la veille, cette rencontre était consacrée à des débats autour du Projet de décret fixant les modalités d’attribution de grades, de fonctions de commandement et de reclassement des ex-combattants des mouvements signataires. La version finale a été validée par tous les participants, hormis ceux de la CMA qui ont refusé d’apposer leurs initiales au bas du document. 

Comme depuis le début du processus de paix, les ex-rebelles de la CMA ont décidé de nager à contrecourant lors des travaux de la réunion de haut niveau sur les questions de défense et de sécurité. Rappelons que l’objectif de cette rencontre était l’adoption d’une version définitive et consensuelle du Projet de décret fixant les modalités d’attribution de grade, de fonction de commandement et de reclassement des ex-combattants des mouvements signataires, candidats à l’intégration dans les corps constitués de l’Etat, y compris dans les Forces Armées et de Sécurité.

Cette rencontre s’inscrit dans le prolongement de la « Réunion de Haut Niveau sur l’opérationnalisation des actions prioritaires Défense et Sécurité de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger « , tenue à Bamako du 12 au 14 décembre 2018.

Après les échanges de vues et les amendements apportés au texte initial soumis à l’examen, les participants ont validé le projet de décret de façon consensuelle, sauf la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA). Les ex- rebelles, qui refusent toujours de faire participer leurs ex-déserteurs dans le processus d’intégration dans les rangs des FAMAs ont, une nouvelle fois, posé des conditions pour adopter ledit document. D’abord, ils ont demandé que ce projet de décret prenne en compte l’indemnisation de leurs combattants anciennement membres des FAMAs qui sont décédés. Idem aussi pour ceux qui sont devenus invalides.

Ensuite, ils ont souhaité que les premiers grades pour les ex-déserteurs soient proposés par ces derniers.

En d’autre terme, les grades qu’ils se sont attribués durant la période passée dans le maquis devraient être acceptés et validés comme tels Ce qui n’a pas été apprécié par la hiérarchie militaire qui a soutenu que même si le processus est politique, pour les grades, il faut respecter des critères de compétences et d’expériences.

D’aucuns ont aussi indiqué que ce projet vise en premier lieu les ex-déserteurs de retour dans les rangs des FAMAs. Des désaccords qui ont entrainé le refus de la CMA de valider le projet. Un geste qui n’est pas sans rappeler les autres rendez-vous manqués des ex-rebelles depuis le début du processus de paix.

On se souvient que la CMA avait d’abord boudé la cérémonie de paraphe et de signature de l’accord en 2015. Les ex-rebelles avaient également refusé de valider la Charte pour la paix issue des travaux de la Conférence d’entente nationale en 2017. Ils avaient aussi refusé que leurs combattants anciennement membres des FAMAs

rejoignent le processus d’intégration. Et la liste est longue.

Source: l’Indépendant