ven. Sep 18th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Soudan: le président Omar el-Béchir destitué par l’armée

Soudan: le président Omar el-Béchir destitué par l'armée

Au Soudan, après plus de trois mois de contestation, le président Omar el-Béchir a été contraint de quitter le pouvoir. Le ministre de la Défense a annoncé sa destitution à la télévision publique, ce jeudi 11 avril. Suivez la situation en direct.

Les heures sont données en temps universel

15h45 :les Etats-Unis et les cinq pays européens membres du Conseil de sécurité de l’ONU (France, Royaume-Uni, Allemagne, Belgique et Pologne) ont demandé une réunion d’urgence du Conseil de sécurité sur le Soudan. La session à huis clos devrait se dérouler ce vendredi.

15h20 :Rappelant les « relations historiques » que son pays entretient avec le Soudan, le président turc Recep Tayyip Erdogan s’est dit favorable à la poursuite de ces relations. « Je souhaite que le Soudan puisse réussir cette transition démocratique dans le calme et tout en préservant la fraternité », a-t-il déclaré.

14h30 :Autre élément notable, la place importante des femmes dans ce soulèvement populaire au Soudan, comme le souligne cet article publié le mois dernier sur notre site.

► Soudan: les femmes en première ligne des manifestations anti-Béchir

Des manifestantes soudanaises laissent exploser leur joie, après l’annonce de la destitution d’Omar el-Béchir. © REUTERS/Stringer

14h20 :Initialement, les premiers manifestants sont descendus dans la rue en décembre dernier pour dénoncer l’augmentation du prix du pain. L’État soudanais n’a plus les moyens de subventionner la farine et quelques autres produits de base, parce qu’il n’a plus de budget pour le faire.

Le pays est en crise économique de façon structurelle depuis des années. La livre soudanaise a dû être dévaluée et les prix ne cessent de grimper : 40% d’inflation en 2017, 70% cette année. Même les provinces relativement épargnées par la crise sont aujourd’hui touchées. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les mouvements de protestation ont débuté dans les régions agricoles, avant de gagner la capitale.

14h05 :L’armée impose un mois de couvre-feu nocturne. « J’annonce un couvre-feu pour un mois, de 22h(20h TU) à 4h(2h TU) », a déclaré le ministre de la Défense, Awad Ahmed Benawf.

14h :L’Egypte exprime sa « confiance dans la capacité du peuple frère soudanais et de son armée nationale loyale » à gérer l’après-Béchir. Le Caire a également exprimé son « soutien total aux choix du peuple soudanais », appelant « la communauté internationale à(les) soutenir (…) dans cette phase historique cruciale », le ministère égyptien des Affaires étrangères dans un communiqué.

13h55 :Si vous souhaitez aller plus loin et mieux comprendre les causes et les conséquences de la destitution d’Omar el-Béchir, n’hésitez pas à réécouter notre deuxième édition spéciale de la journée.

13h40 :Une question se pose désormais : qui va diriger le Soudan pendant ces deux ans de transition ? Au sein du conseil militaire, il n’y aurait pas de consensus. Trois noms auraient été proposés à l’Association des professionnels soudanais et donc à l’opposition, qui semble avoir accepté le général Abdel Fattah al-Borhane, même s’il n’y a rien d’officiel pour le moment. Le nom d’Awad Ahmed Benawf est également cité, mais l’opposition ne veut pas de lui. Enfin, un autre nom circule : celui du lieutenant-général Kamal Abdul-Maarouf.

13h20 :Les meneurs du mouvement de contestation au Soudan rejettent le coup d’État de l’armée et promettent de poursuivre les manifestations. « Le régime a mené un coup d’État militaire en présentant encore les mêmes visages(…) contre lesquels notre peuple s’est élevé », a indiqué dans un communiqué l’Alliance pour la liberté et le changement, appelant les Soudanais à « continuer son sit-in devant le quartier général de l’armée(à Khartoum) et à travers le pays ».

12h50 : Rachid Saeed Yacoub, porte-parole de l’Association des professionnels soudanais, organe qui a lancé le mouvement de contestation en décembre dernier, a réagi en direct dans notre édition spéciale. Il salue la destitution d’Omar el-Béchir mais affirme que le mouvement n’est pas terminé.

« On a demandé à ce que l’armée constitue un groupe pour discuter avec nous sur les modalités de transition. L’armée a décidé d’agir toute seule et de se passer de nous, explique-t-il. On demande aux Soudanais de rester dans la rue, de continuer leur sit-in devant le QG de l’armée et dans les grandes villes du pays. On ne va pas laisser l’armée diriger toute seule la période de transition. On ne peut pas se contenter d’une déclaration unilatérale de l’armée. »

12h45 :Les milliers de manifestants présents parfois depuis des jours dans les rues de la capitale soudanaise ont laissé éclater leur joie, après l’annonce de la destitution d’Omar el-Béchir.Des manifestants soudanais sur le toit d’un bâtiment à proximité du ministère de la Défense, le 11 avril 2019.

12h30 : Mais qui est le président soudanais ? Militaire dans l’âme, Omar el-Béchir rejoint l’armée dès 16 ans, avant de combattre plusieurs fois, notamment contre Israël. Il gravit les échelons et prend le pouvoir en 1989 lors d’un coup d’État fomenté avec l’aide des islamistes. Dès lors, Omar el-Béchir lance une purge et instaure un régime islamo-militaire.

D’un côté, il soigne son appareil sécuritaire. De l’autre, il introduit la charia et abrite des terroristes, dont Oussama ben Laden lui-même. Le Soudan devient dès lors un « État voyou ». Les États-Unis le placent sur leur liste noire. Le président soudanais n’hésite pas non plus à lancer des guerres sanglantes dans son pays, au sud puis dans l’ouest, au Darfour, au prix de centaines de milliers de morts.

En 2009, la Cour pénale internationale (CPI) lance un mandat d’arrêt contre lui pour génocide, crimes de guerre et contre l’humanité, mais le chef d’État effectue près de 150 déplacements à l’étranger sans jamais être arrêté. Au fil des ans, Omar el-Béchir avait abandonné le soutien aux islamistes et Washington avait même allégé ses sanctions. Le président soudanais continuait malgré tout les discours enflammés contre ses vieux ennemis occidentaux et haranguait la foule en agitant sa fameuse canne autour de lui.

12h15 :Le ministère soudanais de la Défense annonce la fermeture des frontières et de l’espace aérien jusqu’à nouvel ordre.

12h05 :C’est officiel, Omar el-Béchir n’est plus président du Soudan. Le ministre de la Défense vient d’annoncer sa destitution et son arrestation, ainsi que celle des principaux cadres du régime, lors d’une allocution à la télévision d’État. « J’annonce, en tant que ministre de la Défense, la chute du régime et le placement en détention dans un lieu sûr de son chef », a déclaré Awad Ahmed Benawf. Un conseil militaire va administrer le pays pendant une période transitoire de deux ans, a-t-il précisé.

Source: Rfi