ven. Sep 18th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Situation sécuritaire et humanitaire de la région de Mopti: Les jeunes de Talpital Pulaaku et Ginna Dogon s’unissent pour le retour de la paix

Situation sécuritaire et humanitaire de la région de Mopti: Les jeunes de Talpital Pulaaku et Ginna Dogon s'unissent pour le retour de la paix

La maison de la presse de Bamako a abrité, le samedi 13 avril dernier, une conférence de presse en vue d’alerter l’opinion sur la situation difficile que traversent les populations de la région de Mopti. Les deux associations se sont aussi engagées à se donner la main pour lutter contre les  » amalgames, les suspicions, les méfiances et les invectives « . Par ailleurs, elles ont aussi promis de s’investir pacifiquement pour le retour de la paix dans la région de Mopti.

lacée sous le thème  » Unis pour la paix au Mali « , cette rencontre était très attendue par l’opinion. D’autant qu’elle regroupait la jeunesse de deux associations qui se revendiquent de communautés présentées comme des ennemis jurés, à savoir les Peuls et les Dogons. Raison pour laquelle cette activité a reçu l’appui de certains partenaires et même de parlementaires ressortissants de la région de Mopti.

D’emblée, le président de la jeunesse de l’Association Ginna Dogon, Dramane Yalcouyé a indiqué que ce cadre d’échange qui vient d’être mis en place est destiné à impliquer davantage les ressortissants de la région de Mopti pour le retour de la paix. Il a également déploré les graves violations des droits de l’homme, commises dans cette région.

Des actes qui, selon lui, ont entraîné une grave détérioration de la situation humanitaire. C’est ainsi qu’il a indiqué que dans la région on dénombre environ 60 000 personnes déplacées du fait de la crise, plus de 500 écoles sont toujours fermées, des dizaines de milliers de têtes de bétail sont portés disparus, des stocks de vivres ont été soit volés, soit pillés. S’y ajoute la malnutrition qui sévit dans la région menaçant plus de trois millions de personnes de famine. Sans compter les difficultés de plus en plus grandes de mobilité des personnes et des biens

Yalcouye a aussi salué les efforts de l’Etat à travers certains de ses services comme la Mission d’Appui à la Réconciliation Nationale, qui tente d’organiser les communautés afin qu’elles se parlent pour favoriser le retour de la paix. Ce qui, à l’en croire, n’a pas empêché  » la gangrène de progresser et le mal de s’accroître « .

Pour sa part, le représentant du président des jeunes de Talpital Pulaaku, Mikailou Barry a profité de l’occasion pour lancer un appel à la communauté nationale et internationale pour assister les peulh et les dogon dans la consolidation des valeurs d’entente et de cohésion. Il a, de même, invité les autorités à redoubler d’effort pour la sécurisation des citoyens et de leurs biens. Selon lui, ce rôle régalien ne doit être que l’apanage de l’Etat. Un appel a aussi été lancé à ce dernier pour accélérer la mise en œuvre des dispositions du mémorandum élaboré par les associations Ir Ganda, Talpital Pulaaku et Ginna Dogon

Massiré DIOP

Source: l’Indépendant