UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

1ère édition des Journées Sénégalaises au Mali: Le renforcement de l’intégration au cœur des échanges

1ère édition des Journées Sénégalaises au Mali: Le renforcement de l'intégration au cœur des échanges

Le Palais de la Culture Amadou Hampaté Ba de Bamako a abrité, les 1er et 2 mai dernier, la première édition des Journées Sénégalaises au Mali. Placé sous la présidence de l’Ambassadeur du Sénégal au Mali, Birame Mbagnick Diagne, cet événement a mobilisé d’importantes personnalités dont le ministre de la Culture du Sénégal, Abdoulaye Diop qui a effectué spécialement pour la circonstance le déplacement à Bamako, le Secrétaire Général du ministère de la Culture, Andogoli Guindo. S’y ajoutent les membres du corps diplomatique accrédités au Mali. C’était donc un véritable rendez-vous des grands jours.

L’organisation de ces Journées découle d’une vision qui considère la culture comme un véritable enjeu de paix et de développement. C’était la conviction de l’Ambassadeur du Sénégal au Mali, exprimée lors de son allocution à l’occasion du lancement de ces journées. Pour lui, l’initiative d’organiser cet événement vient de la proximité culturelle, géographique et historique entre les deux pays et aussi du  rôle de vecteur et de catalyseur de la paix et de la cohésion sociale. Il a ainsi rappelé que depuis son arrivée au Mali, il n’a cessé de plaider pour que la culture soit au cœur des relations fraternelles entre  les deux pays. Avant de préciser que l’objectif de ces journées est de faire connaître la  » culture sénégalaise dans toute ses facettes, sa culture de paix, de Teranga et de modération qui demeurent le ciment du tissu social sénégalais « . Le diplomate a également insisté sur les autres pans culturels, économiques et historiques qui lient les deux pays, notamment la communication fluviale et ferroviaire et surtout la devise commune à savoir  »Un Peuple-Un But-Une Foi » ainsi que les mêmes couleurs du drapeau national.

Aussi,  il a loué le jumelage entre les villes ou quartiers rappelant l’héritage légué par les aïeux comme c’est le cas du quartier Bambara de Thiès, Malikunda de M’bour, Tambakunda, Kédougou, Kayes, Kouniakary, Bandiagara ou encore Oulofoubougou. Ce sont là donc autant de raisons qui ont motivé la tenue d’une telle journée. Pour sa part, le Ministre sénégalais de la Culture, Abdoulaye Diop, estime qu’à côté de cette initiative louable, d’autres pistes de coopération sont à explorer. C’est ainsi qu’il a proposé l’organisation des Journées maliennes au Sénégal. Mieux, pour lui, il faut aussi penser à la tenue de journées mandingues, qui auront une portée plus large dans les pays qui ont en partage cette cette culture.  Selon le ministre sénégalais, ces initiatives doivent être encouragées par les dirigeants africains de manière à consolider l’intégration africaine.

De son côté, le Secrétaire Général du ministère de la Culture, Andogoli Guindo a salué l’organisation de cette activité qui cadre parfaitement avec la vision de son département, qui veut faire de la culture un vecteur d’intégration et de cohésion sociale. Il a promis que son département n’hésitera pas à appuyer et à encourager des initiative de cette nature. Rappelant le riche patrimoine culturel que les deux pays ont en commun ainsi que les mêmes valeurs sociétales.

Précisons qu’en marge de cette cérémonie officielle de lancement de ces journées, une exposition d’objets d’art et de tissu a également eu lieu dans des stands mis en place à cet effet. S’y ajoutent une dégustation des mets de certains pays amis du Sénégal et une animation culturelle. La journée du 2 avril a surtout été marquée par un forum économique regroupant opérateurs maliens et sénégalais au siège du Conseil National du Patronat Malien où des relations d’échanges ont été tissées. En sommes, ces journées ont véritablement été couronnées de succès.

Massiré DIOP & Hari Moussa MAÏGA (stagiaire)

Source: l’Indépendant

Copyright © L'indépendant 2020 | Newsphere by AF themes.