Jugé pour « Pédophilie », Issouf Sanogo condamné à trois ans ferme

Jugé pour "Pédophilie", Issouf Sanogo condamné à trois ans ferme

La Cour d’assises, dans son audience d’hier, jeudi 9 mai, a condamné Issouf Sanogo à trois ans d’emprisonnement ferme. Il a été reconnu coupable de « pédophilie  » sur la petite Sanata Djiré, âgée de 13 ans, au moment des faits.

C’est courant mars 2018 à Sibirifina(Sikasso) qu’Issouf Sanogo entraîna la fillette Sanata dans sa chambre. Après lui avoir proposé la somme de 1.000 FCFA, il entreprit de satisfaire sa libido. Suite à une série de pénétrations, la fillette commença à saigner entre les jambes, ce qui provoqua un écoulement de sang.

La pauvre fille rentra chez elle, sans dire mot à quiconque. Peu de temps après, sa marâtre constata qu’elle perdait du sang. Elle en informa les membres de la famille. Transportée au Centre de santé, l’équipe médicale ne mit pas du temps pour découvrir qu’elle avait été sexuellement abusée. Ce qui conduisit les parents de la fillette à porter plainte contre Issouf Sanogo avec lequel elle avait été vue pour la dernière fois.

L’accusé à la barre a reconnu les faits à lui reprochés. Il dira qu’ils sont des voisins. Ainsi, très tôt le matin Sanata est venue chez lui pour lui demander 1.000 FCFA contre la satisfaction de sa libido. Aussitôt, elle accepta et les choses on mal tourné. « J’ai été arrêté par la suite pour pédophilie alors qu’elle était consentante ». A-t-il tenté d’expliquer.

Devant la Cour, la victime Sanata Djiré, a expliqué que c’est au cours d’une commission qu’Issouf l’a interceptée. Et lui a proposé de l’argent moyennant une partie de sexe. Quant au père de la victime, il a dit à la Cour qu’il n’a rien à ajouter aux propos de sa fille.

Dans son réquisitoire, le Ministère public a argué que les débats sont simples. La victime a été entraînée de force. Il est coupable des faits qui lui sont reprochés. Ainsi, il a demandé à la Cour de le retenir dans les liens de l’accusation conformément à l’article 228 du Code pénal.

Quant à la défense, l’accusé a reconnu les faits tant à l’enquête préliminaire que devant le magistrat instructeur, « C’est un péché de la jeunesse qui lui arrive ». Donnez-lui la chance de se ressaisir en lui accordant des circonstances atténuantes.

La Cour, dans sa sagacité, a reconnu Issouf Sanogo coupable des faits à lui reprochés et l’a condamné à trois ans d’emprisonnement ferme et au paiement de 250 000 FCFA de dommage intérêts à la pauvre Sanata Djiré.

Oumar BARRY

Source: l’Indépendant

 

Algérie: des peines de prison pour avoir brandi le drapeau berbère

Algérie: des peines de prison pour avoir brandi le drapeau berbère En Algérie se tient le procès de 42 personnes

  

DIALOGUE NATIONAL INCLUSIF Les femmes engagées dans la recherche de la paix

DIALOGUE NATIONAL INCLUSIF Les femmes engagées dans la recherche de la paix Les femmes du Mali étaient en conclave de

 

Algérie: des peines de prison pour avoir brandi le drapeau berbère

Algérie: des peines de prison pour avoir brandi le drapeau berbère En Algérie se tient le procès de 42 personnes

  

DIALOGUE NATIONAL INCLUSIF Les femmes engagées dans la recherche de la paix

DIALOGUE NATIONAL INCLUSIF Les femmes engagées dans la recherche de la paix Les femmes du Mali étaient en conclave de

%d blogueurs aiment cette page :