Suite à la montée de la violence armée: La ministre française des Armées appelle « les pays européens à déployer leurs forces spéciales au Sahel »

Suite à la montée de la violence armée La ministre française des Armées appelle "les pays européens à déployer leurs forces spéciales au Sahel"

Suite à la montée de la violence armée marquée par des assassinats en masse à Koulogon,  Ogossagou, Sobamé Da dans la région de Mopti, mais aussi au Burkina Faso et au Niger, la ministre des Armées de la France, Florence Parly,  a appelé les pays européens à engager leurs forces spéciales dans la lutte contre le terrorisme au Sahel.

La ministre française estime que l’Europe  » doit intégrer dans son logiciel l’action contre le terrorisme« . D’autant plus que  » si le Sahel n’est pas stabilisé, elle aura durablement sur sa tête non pas une, mais deux épées de Damoclès : celle du terrorisme et des prises d’otages, et celle des migrations illégales, dont beaucoup transitent par ces territoires  » a-t-elle déclaré.

Elle ajoute que pour freiner la spirale de la violence armée au Sahel notamment au Mali, pays le plus affecté, au Niger et au Burkina Faso, il faut un déploiement des forces spéciales issues de plusieurs pays d’Europe.

 »  Les forces spéciales  en sont parfaitement capables dès lors qu’elles le veulent. C’est ce que nous avons proposé à plusieurs de nos partenaires, en lien avec les autorités maliennes  » précise-t-elle.

Selon Florence Parly, certains pays ont déjà répondu présents à savoir le Royaume-Uni et l’Estonie, qui ont engagé des hélicoptères CH-47 Chinook et un détachement d’infanterie auprès de la force Barkhane. Quant aux Etats européens, elle les a exhortés à s’engager aussi.

 » Nous aurions tort de croire que le terrorisme est une menace pour la France seule, nos partenaires ont tous été touchés, et c’est ensemble que nous devons réagir. Et pour ceux qui n’ont pas été frappés directement, il y a le devoir de solidarité« , a souligné Mme Parly.

Ajoutant :  » Il faut accompagner les forces armées sahéliennes après les avoir formées, y compris lorsqu’elles vont au combat, et pas seulement dans les états-majors. Ce n’est pas un sport de masse, j’en conviens.  Mais si les Européens, qui sont directement concernés, ne le font pas, qui, alors, le fera » s’interroge-t-elle.

Notons que 23 armées européennes sont actuellement présentes au Sahel, principalement le Mali (à travers la présence de beaucoup de pays européens) le Burkina Faso, le Niger et le Tchad.

La ministre française d’indiquer que  l’Europe dépense déjà plus de 300 millions d’euros par an dans des actions destinées à renforcer la cohésion des pays en crise et lutter contre l’extrémisme violent.

AD

Source: l’Indépendant

%d blogueurs aiment cette page :