UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

la Gestion de l’école en mode décentralisé et les activités du projet USAID/Mali SIRA Une cascade de formations à l’endroit des agents des collectivités

la Gestion de l'école en mode décentralisé et les activités du projet USAID/Mali SIRA Une cascade de formations à l'endroit des agents des collectivités

Plus de 2 400 agents des Mairies, des Secrétaires généraux  et membres des Commissions Educatives Communales participeront dans les 329 communes cibles à cette série de formations relatives à la gestion de l’école en mode décentralisé et aux activités du projet Usaid/Mali Sira.

Dans le cadre d’une synergie d’actions, le Projet USAID/Mali SIRA et le Programme d’appui à la gouvernance locale (Mali SNGP), tous deux financés par l’USAID, ont procédé au lancement d’une formation nationale des maires, secrétaires généraux et membres des commissions éducatives sur la gestion de l’école en mode décentralisé et les activités du projet SIRA.

Cette activité se déroule en partenariat avec la Cellule d’appui à la déconcentration/décentralisation de l’éducation (CAD/DE).   Le but recherché par les deux projets et leurs partenaires est de mettre ensemble leurs expertises afin de gérer leurs ressources efficacement pour la durabilité des actions.

Ces formations, qui se déroulent du 1e au 8 juillet, dans les régions de Koulikoro,  Sikasso, Ségou, Sikasso, Ségou et dans le District de Bamako, se focalisent sur les différentes responsabilités et les activités du projet USAID/Mali SIRA, en appui à la lecture-écriture dans son volet communautaire.

A Bamako, la cérémonie de lancement a eu lieu au lycée technique, en présence du directeur général adjoint des Collectivités territoriales, Dramane Guindo, du Directeur de la CADDE, du représentant de la Mairie de la Commune III du District de Bamako, du représentant de l’USAID, M. Amadou Traoré et de la Directrice par intérim du Programme d’appui à la gouvernance locale (Mali SNGP), Mme Diarra Zeinab N’Diaye.

On pouvait aussi noter la présence de la directrice Usaid/Mali, Mme Thelma Khelma Khelghati. Cette dernière a certifié que  le Mali attend de l’école malienne qu’elle produise des citoyens bien éduqués, civiquement engagés, intègres et dévoués, capables de réfléchir, d’analyser et de penser de façon autonome, investis dans l’accomplissement de leurs multiples responsabilités.  » Nous ne pouvons pas sous-estimer l’importance du rôle des collectivités territoriales dans la gestion de l’école en mode décentralisé.  D’où cette formation à votre endroit » a-t-elle dit.

De son côté, le chef d’équipe d’éducation de l’Usaid,  M. Amadou Traoré a affirmé qu’au cours de ces formations, les participants seront mieux outillés, entre autres, sur les compétences transférées aux Collectivités Territoriales en matière d’éducation, la complémentarité avec les autres acteurs dans le cadre de la gestion de l’école en mode décentralisé ; la mise en place démocratique d’un bureau de Comité de Gestion Scolaire (CGS). Leurs compétences seront ainsi renforcées dans le cadre de l’amélioration du système éducatif en favorisant la collaboration avec les conseillers communaux.

Procédant au lancement des activités de formations, le directeur général adjoint des Collectivités territoriales, Dramane Guindo a rappelé que la gestion de l’école en mode décentralisé est un des éléments importants de la politique de décentralisation du Mali.

Dans le domaine de l’éducation, souligne l’orateur,  la décentralisation se traduit par le transfert de l’Etat à la Collectivité Territoriale des compétences en matière d’éducation.   » La finalité est de mieux impliquer les communautés et de les responsabiliser dans le développement et dans la gestion de l’école » informe-t-il.Et d’ajouter qu’un renforcement de leur capacité afin d’assurer ce portage effectif des questions d’éducation ne s’inscrit que dans une vision éclairée des plus hautes autorités de ce pays, en général et du département en particulier.

Rappelons que depuis le démarrage de ses activités, le projet SIRA œuvre inlassablement à donner une meilleure base aux  enfants du Mali. Cela passe par un solide CGS suivi par une Commission éducative communale renforcée.

Le projet s’attèle aussi à atteindre cet objectif dans ses 4.000 écoles de 10 Académies d’Enseignement et 56 Centres d’Animation Pédagogique, 20 Instituts de Formation des Maîtres avec plus de 600.000 élèves bénéficiaires.

RT

Source: l’Indépendant

Copyright © L'indépendant 2020 | Newsphere by AF themes.