L’Ensemble Instrumental National du Mali et le Badema National Deux groupes qui ne cessent de faire honneur au Mali depuis leur création

Please follow and like us:

  • Share

L’Ensemble Instrumental National du Mali et le Badema National Deux groupes qui ne cessent de faire honneur au Mali depuis leur création

Dans ce numéro de L’Indépendant, nous avons décidé de faire un zoom sur deux grandes formations musicales nationales. Il s’agit de l’ « Ensemble Instrumental National »  et de l’Orchestre « Badema National ». L’histoire de deux groupes qui ne cessent de faire honneur au Mali depuis leur création.

L’Ensemble Instrumental National du Mali

réé au lendemain de l’Indépendance du Mali, en 1961, l’Ensemble Instrumental National est un groupe de  musique traditionnelle  et chorale. Il a pour mission de prospecter, répertorier et mettre en valeur l’héritage prodigieux du Mali dans le domaine de la musique et de la chanson.

École d’excellence, symbole de l’unité artistique et culturelle du Mali, l’Ensemble instrumental national est un monument de la musique malienne. Le groupe a longtemps été le passage obligé vers une carrière artistique.

À part Salif Kéïta, Kar-Kar et Ali Farka Touré, presque toutes les stars  telles que Sidiki Diabaté et Batourou Sékou Kouyaté, Fanta Damba Koroba, Waldé Damba, Nantenendiè Kamissoko, Saranfing Kouyaté, Mogontafé Sacko, Rokia Kouyaté, Djelimadi Diabaté, Hawa Dramé, Fanta Damba, Kandia Kouyaté, Amy Koïta, Tata Bambo y sont passées.

L’histoire d’un ensemble qui ne cesse de faire honneur à ce pays depuis sa création.

Fleuron de la créativité artistique du Mali, fierté nationale, le groupe se confond avec l’histoire du Mali indépendant. En effet, des cérémonies officielles des grandes rencontres à la célébration des Journées mondiales (santé, femmes, enfants…) en passant par les Nuits de la solidarité et les dîners officiels, il est associé à tous les grands événements de ce pays.

Le talent de ces artistes n’a pas séduit qu’au Mali parce que la formation a très tôt eu une grande notoriété depuis les premières années de sa création. Une notoriété qui se manifeste par un palmarès assez fourni et de nombreuses tournées en Afrique (Guinée-Conakry, Algérie, Niger, Libye, Ghana, Gambie, Sénégal…), en Asie (Chine, Corée…), en Europe (France, Allemagne, hollande, Suisse, ex-URSS…) et même en Amérique (États-Unis…) pour apporter sa contribution à des festivals prestigieux.

La Saga continue de belle manière. Les récompenses succèdent aux tournées qui prennent leurs sources dans des compositions originales.

En juillet 2003, l’Ensemble Instrumental National a participé au Festival de la culture africaine de Kanilaï (village natal du président de la Gambie, Yaya Djamet), d’où il est revenu avec une médaille d’or. Une reconnaissance internationale de plus avant son show inoubliable au Folklife Festival de Washington dont le Mali était l’invité officiel, cette année là.

À l’Ensemble Instrumental du Mali, les générations passent sans que le temps puisse éroder ce que le groupe a de plus spécifique : le talent des sociétaires et l’originalité des compositions qui s’inspirent des sources traditionnelles de la culture africaine du Mali. Gageons que les futures générations qui frapperont à la porte de l’Ensemble pourront sauvegarder ces valeurs fondamentales.

A cet effet, sur invitation de l’Ambassade du Mali à Pékin, l’Ensemble Instrumental National se rendra en Chine dans le cadre de la Journée du Mali en Chine, en marge de l’Expo Beijing 2019. Cette journée est prévue pour le 21 juillet.

Le Badema National du Mali

Le Badema National est une formation nationale créée en 1969 sous le nom de « Las Maravillas Del Mali »par des musiciens maliens formés, pendant six ans, à Cuba. Il prend le nom du Badema National en 1976 avec Amadou Ba Guindo comme Directeur artistique.

Il fut dirigé successivement par Boncana Maïga, Khalil Traoré, Amadou Bâ Guindo et Harouna Barry, voguant dans tous les styles mandingues, afro-cubains, pop et antillais.

Le Badema National fait partie des quatre formations nationales créées, dirigées et prises en charge par l’Etat malien, à travers le ministère de la Culture.

Le Badema est une section du Palais de la culture. Il a pour mission de prospecter, répertorier et mettre en valeur l’héritage prodigieux du mali dans le domaine de la musique et de la chanson avec les instruments modernes.

Dans la même dynamique, il forme, encadre et appuie techniquement d’autres artistes.

Le Badema National est une carte postale musicale du mali avec un répertoire  riche de la diversité culturelle du mali. Il est l’une des formations musicales les plus prestigieuses du Mali, dans laquelle plusieurs grands musiciens ont fait un passage, notamment Harouna Barry, Dramane Coulibaly dit Thino, Santoutou Kanouté, Kassé Madi Diabaté, Sidy Coulibaly, Mama Sissoko, Soro Coulibaly, Adez, Mah kouyaté.

Au niveau de la discographie, le palmarès du Badema est loin de refléter sa grande notoriété, acquise au fil des tournées en Afrique et dans le monde. Le premier disque, « Guédé »,est sorti dans les années 1970.

Et ce n’est qu’en 2001 qu’il a pu mettre sur le marché un album, « Can 2002 ». Un superbe album aux sonorités variées. Une œuvre dont les textes inspiraient les discours officiels à la veille et pendant la Coupe d’Afrique des Nations de football, « Mali 2002« . Malheureusement, elle n’a pas eu le succès escompté.

Le Badema National a eu à faire, au nom du Mali, plusieurs tournées et a obtenu plusieurs médailles à travers le continent africain.

Actuellement, le Badema National est composé de douze artistes et il est dirigé par un directeur artistique, Idrissa Traoré.

B D

Source: l’Indépendant

  

Perspectives de développement économique La Fondation Konrad Adenauer Stiftung s’invite dans le débat

Please follow and like us:Perspectives de développement économique La Fondation Konrad Adenauer Stiftung s’invite dans le débat L’Hôtel Salam accueille

  

Perspectives de développement économique La Fondation Konrad Adenauer Stiftung s’invite dans le débat

Please follow and like us:Perspectives de développement économique La Fondation Konrad Adenauer Stiftung s’invite dans le débat L’Hôtel Salam accueille