dim. Mai 31st, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

12è édition des Rencontres de Bamako de la Biennale Africaine de la Photographie Le réseau des photographes du Mali a lancé le  » OFF » pour promouvoir leur travail

12è édition des Rencontres de Bamako de la Biennale Africaine de la Photographie Le réseau des photographes du Mali a lancé le " OFF" pour promouvoir leur travail

La Bibliothèque Nationale du Mali a servi de cadre, lundi 19 août dernier, à une conférence de presse organisée par le Réseau des photographes du Mali (Phot’Art). L’objectif consistait à expliquer les activités prévues du projet  » OFF  » lors de la rencontre de la 12è édition de la Biennale Africaine de la Photographie.

Ladite conférence était animée par le Coordinateur de  »Phot’Art », Seydou Tangara, en présence du Directeur de la Maison Africaine de la Photographie, Tidiane Sangaré et du Secrétaire général du Syndicat national du professionnel d’image et du son (Synaprom-IMS), Ansoumane Diarra.

La 12è rencontre se tiendra du 30 novembre 2019 au 31 janvier 2020 à Bamako. Lors de cette rencontre, les membres du Phot’Art (Réseau des photographes du Mali) ont décidé d’améliorer beaucoup de choses             afin de donner une image positive et réelle de l’évènement.  Selon le conférencier, Seydou Tangara, le « OFF »est un évènement  concernant les photographes qui viennent avec leurs projets lors des Rencontres de Bamako de la Biennale Africaine de la Photographie sans être parmi les vrais postulants.

A ses dires, l’objectif général du « OFF » est d’encourager les photographes émergents et établis à exposer et à promouvoir leur travail pendant la période de la biennale. Il s’agit singulièrement, a-t-il dit, de fédérer toutes les initiatives des photographes indépendants du programme officiel, dans un même parcours et d’inviter le public à découvrir leurs créations, à partager leur regard. L’idée du programme, organisé dans l’intérêt des photographes, par des photographes, insiste Seydou, est aussi de créer un réseau de connaissances entre galeries, collectionneurs, acheteurs, agents de photos et artistes.

Le « OFF« , selon Seydou Tangara, a comme premiers bénéficiaires les jeunes photographes émergents de la scène locale, car il leur donne l’opportunité d’exposer leurs œuvres. Il bénéficie ensuite aux photographes professionnels établis qui ne figurent pas dans la programmation officielle de la Biennale.

Le « OFF »,poursuit Tangara, est aussi ouvert aux photographes et vidéastes étrangers. Les projets transversaux, portés par des acteurs culturels ou artistes issus d’autres domaines artistiques, dit-il, seront également bénéficiaires de la visibilité accordée par le « OFF « , de même que les lieux d’accueil des différents évènements.

En somme, indique son Coordinateur, le « OFF »s’adresse à l’ensemble de la population Bamakoise avec une attention singulière pour les publics empêchés et marginalisés, n’ayant d’ordinaire que peu d’accès à la culture, notamment les jeunes et les femmes. C’est aussi de permettre aux exposants d’accéder à des opportunités professionnelles.

Quant au Directeur de la Maison Africaine de la Photographie, Tidiane Sangaré, et le Secrétaire général du Syndicat national du professionnel d’image et du son (Synaprom-IMS), Ansoumane Diarra, tous les deux ont réaffirmé leur soutien et accompagnement à l’initiative pour sa réussite. Avant de féliciter l’idée de  »Phot’Art »qui, non seulement, permettra d’organiser davantage d’évènements extra des rencontres, mais de soigner aussi l’image de l’évènement de même que développer la photographie, notamment malienne.

Yaya KANITAO

Source: l’Indépendant