dim. Mai 31st, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Pour l’intégration de la dimension du handicap dans les outils  de collecte des données  du VIH Les prestataires de services de lutte contre le VIH/Sida formés par le RMA+

Pour l'intégration de la dimension du handicap dans les outils de collecte des données du VIH Les prestataires de services de lutte contre le VIH/Sida formés par le RMA+

Dans le but d’améliorer l’accès de tous aux services de gestion de la maladie du VIH/Sida, le consortium, composé du réseau malien des associations de personnes vivant avec le VIH (RMA+), la fédération malienne des personnes handicapées ( Femaph), Humanité et inclusion, a réuni une trentaine d’acteurs autour d’un atelier de formation de trois jours, pour une prise en compte de la dimension du handicap dans les différents outils de collecte des données du VIH. Il s’agit pour les prestataires de services de santé  de 13 sites  de prise en charge du VIH que sont les hôpitaux, les centres de santé communautaires (CSCOM) et les centres de santé de référence (CSREF) de mieux s’imprégner de l’outil de collecte. Le ton des travaux financés par Expertise France initiative 5% a été donné hier mercredi 25 septembre par le haut conseil de lutte contre le VIH/Sida.

Ayant constaté que les outils  de collecte des données  existant ne prennent pas en compte la dimension du handicap, le RMA+ en partenariat avec la Femaph et Humanity et Inclusive, soucieux du bien- être de toutes les personnes vivant avec le VIH sur toute l’étendue du territoire national  a décidé de s’impliquer dans le combat.

En effet, selon l’étude bio- comportementale, réalisée par handicap international  en partenariat avec Arcad/Sida dans le district de Bamako et la région de Koulikoro, il ressort  que les personnes handicapées ont une  prévalence  au VIH supérieure à celle de la population générale, soit 2.4%, contre 1.1%.

L’objectif de la rencontre est de dispenser  des fiches et des registres  de collecte de données sur les personnes handicapées  selon la déficience, le sexe et l’âge dans les services de prévention et de traitements ciblés par le projet. Le projet vise à répondre à des problèmes communs tels que les obstacles qui empêchent l’accès des personnes handicapées aux services VIH.

L’objectif est de contribuer à l’atteinte des  » 3 x 90 « , objectif ONUSIDA, par la promotion  de l’inclusion et de l’accès  de tous aux services fournis  dans la réponse aux VIH et au Sida dans les régions de Kayes, Sikasso, Ségou,  et le district de Bamako.

Pour la présidente de RMA+, Germa Oumou Diarra, disposer des fiches  et des registres de collecte de données sur les personnes handicapées permettra de mieux connaitre leurs droits, ce qui facilitera les démarches auprès des autorités.

Le président de la Femaph s’est focalisé, quant à lui, sur la prise en compte de la dimension du handicap par les décideurs et  à féliciter le renforcement des prestataires de service en termes de prise en charge de cette catégorie de malades

Pour sa part, Mohamed Attaher Maïga, représentant le haut conseil des collectivités territoires, a salué l’initiative tout en réitérant la disponibilité du haut conseil à accompagner le projet.

F.Mah Thiam KONE

Source: l’Indépendant