mar. Juin 2nd, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Consultation de la Société civile sur le document de stratégie Pays de la BAD La Banque recueille les impressions des populations bénéficiaires de ses projets et programmes

Consultation de la Société civile sur le document de stratégie Pays de la BAD La Banque recueille les impressions des populations bénéficiaires de ses projets et programmes

La salle de conférence du Conseil National de la Société Civile (CNSC) a servi de cadre, hier, jeudi 17 octobre, à la rencontre avec la société civile sur le document de stratégie Pays de la Banque Africaine de Développement. Cette rencontre s’est déroulée sous l’autorité de la responsable-pays de la BAD, Mme Louise Djoussou-Lorng qui était pour la circonstance accompagnée du président du CNSC, Bouréïma Allaye Touré. 

Selon Mme Louise Djoussou-Lorng, l’engagement de la Banque Africaine de Développement avec la Société civile a considérablement évolué du début des années 90 à nos jours, avec des fortunes diverses. A l’en croire, la stratégie décennale 2013-2022 de la BAD est axée sur 5 priorités opérationnelles, à savoir éclairer l’Afrique, nourrir l’Afrique, industrialiser l’Afrique, intégrer l’Afrique et améliorer les conditions de vie des populations africaines.

Selon la représentante pays, au Mali, la BAD met en œuvre toutes ces priorités à travers des projets et programmes. Cependant, elle reste convaincue que les objectifs de développement ne peuvent être atteints sans l’engagement actif, la consultation et la participation de la Société civile.

Il ressort des différentes communications, faites sur place au cours de cette rencontre, que la Banque Africaine de Développement a développé un partenariat renforcé avec la société civile à travers un certain nombre de mécanismes, au nombre desquels, l’on peut citer la création de la Division Société civile et Engagement communautaire, le comité BAD-Société civile et le forum annuel de la société civile.

Assurant la coordination du partenariat avec la Société civile, la Division société civile et engagement communautaire est chargée de l’orientation stratégique pour l’inclusion et l’impact socio-économique des actions de la BAD.

Pour sa part, le comité BAD-Société civile, dont le mandat est de conseiller la banque en vue de construire un partenariat solide avec les organisations de la Société civile, œuvre à aider la BAD à mettre en œuvre la stratégie d’engagement avec la société civile et son plan de travail.

En ce qui concerne le forum annuel de la Société civile, celui-ci sert d’espace privilégié entre le personnel de la Banque et les représentants de la Société civile et auquel participent également les représentants du gouvernement.

Cette rencontre avec la Société civile, à en croire Mme Louise Djoussou- Lorng, vise ainsi, entre autres, à placer les citoyens au cœur du développement, à recueillir leurs impressions, préoccupations et suggestions en tant que citoyens et porte-voix des populations bénéficiaires des projets et programmes de la BAD. Partant de là, prendre en compte leurs contributions pertinentes dans la formulation de la stratégie d’intervention des 5 prochaines années.

« Le document de stratégie-pays est le cadre conceptuel pour la programmation, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation de l’aide consentie par la Banque au Mali. Cette démarche nécessite une approche participative de tous les acteurs, y compris celle de la Société civile pour contribuer au diagnostic exhaustif et à la compréhension effective du contexte général, des défis et des opportunités du pays« , a expliqué Mme Lorng.

Et d’ajouter que la Société civile malienne est une force dynamique œuvrant pour un changement durable malgré la situation de fragilité du pays. L’initiative a été saluée à sa juste valeur par le président du Conseil National de la Société, civile qui n’a pas manqué de remercier la Banque Africaine de Développement à travers la responsable-Pays pour cet exercice qui permettra d’entamer une réelle concertation entre la BAD et la Société civile au Mali et de renforcer également la visibilité, la transparence, la redevabilité et l’appropriation des actions de la Banque par les citoyens maliens.

Ramata S.Kéita

Source: l’Indépendant