mar. Avr 7th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Le Dialogue National Inclusif en cours Les attentes du peuple malien, pour la  réussite de ce dialogue, exposées par la CCSC-PURN

Le Dialogue National Inclusif en cours Les attentes du peuple malien, pour la réussite de ce dialogue, exposées par la CCSC-PURN

La coalition Citoyenne de la Société Civile pour la Paix, l’Unité et la Réconciliation Nationale (CCSC-PURN),  a tenu le mardi 29 octobre 2019, à la Maison de la presse, une conférence de presse, autour du climat sécuritaire, politique, administratif, social et culturel qui secoue le pays.

Cette conférence, d’information et de sensibilisation, était animée par  le président  du (CCSC-PURN), Ahmed Mohamed Ag Hamani, ancien premier ministre, avec pour objectif d’apporter leurs solutions au Dialogue National Inclusif en cours.

Dans  son intervention, le président de la coalition s’est beaucoup  appesanti sur les questions fondamentales portant sur la complexité et la profondeur de la crise actuelle et sur l’urgence d’y apporter des solutions basées sur l’unité, la cohésion et la solidarité pour sauver le Mali.

Selon lui, malgré les efforts, des blocages persistent, comme l’exclusion de certaines ethnies et groupes armés, à créer la haine entre les communautés, des incompréhensions et des difficultés dans la phase de mise en œuvre de l’accord, la  violation de l’article 25 de l’accord, la transformation des pourparlers entre Maliens en négociations internationales, la priorité accordée aux réformes institutionnelles. Par ailleurs, Ahmed Mohamed Ag Hamani a déclaré que la renonciation au caractère  »politique du Dialogue National Inclusif ne semble pas apporter de changement profonds dans le contenu de ce Dialogue qui est forcément politique » car, l’absence d’une expertise nationale publique et privée pour la mise en œuvre d’un mécanisme de suivi – évaluation performant.

En conclusion, explique-t-il, la Coalition Citoyenne estime que la forte attente du peuple malien pour la réussite du DNI passe nécessairement par la reconnaissance solennelle de la situation effective de l’Etat de guerre, l’élaboration d’une stratégie consensuelle de sortie de crise pour recouvrer l’intégrité du territoire national, assurer la sécurité intérieure et extérieure, la déclaration et l’engagement de tous les patriotes à soutenir l’effort de guerre par des contributions matérielles ou financières. Enfin, l’observation d’une trêve quant aux revendications corporatistes, politiques et religieuses comme expression de leurs engagements patriotiques.

Yaya KANITAO

Source: l’Indépendant