Accroissement de la productivité agricole L’ICRISAT renforce les capacités des acteurs semenciers sur les nouvelles variétés

Please follow and like us:

  • Share

L'ICRISAT renforce les capacités des acteurs semenciers sur les nouvelles variétés

Hier lundi 25 novembre, l’ICRISAT, sis à Samanko, a servi de cadre à l’ouverture des travaux de l’atelier  sur le processus de commercialisation des semences de nouvelles variétés de l’arachide, du mil, du sorgho et du niébé. La cérémonie d’ouverture des deux jours d’atelier était placée sous la présidence du Directeur régional de l’ICRISAT-Afrique de l’Ouest, Ramadjita Tabo. Il avait à ses côtés le spécialiste des systèmes semenciers, Dr Issoufou Kapran.

A cette occasion, le directeur régional de l’ICRISAT-Afrique de l’Ouest a indiqué que cet atelier permettra d’appuyer l’Etat du Mali dans ses efforts en matière des nouvelles variétés améliorées de culture afin de contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et de revenus des producteurs agricoles. Il s’agit, au cours des travaux, informe-t-il, d’outiller les participants (les techniciens du ministère de l’Agriculture, les agents de vulgarisation, les acteurs du système semencier, les commerçants) pour une meilleure adéquation entre l’offre et la demande en semence. Aussi de promouvoir la coopération entre les intervenants indirects et sous-secteurs de la semence.

A l’en croire, la commercialisation des semences répond mieux à la demande directe des utilisateurs. « Nous espérons avoir une augmentation du niveau de l’adoption des technologies variétales développées par l’ICRISAT et son partenaire  l’Institut d’économie rurale du Mali. Puisque nous savons tous l’importance qu’accordent les producteurs et les décideurs aux spéculations mil, sorgho et niébé », a affirmé le Directeur régional de ICRISAT-Afrique de l’Ouest.

Il a, par ailleurs, souligné que l’ICRISAT-Afrique de l’Ouest a reçu de ses donateurs et partenaires la mission de contribuer à la réduction de la faim, de la malnutrition et de la lutte contre la dégradation de l’environnement dans les zones tropicales semi-arides à travers la recherche et le développement basés sur le partenariat.

Pour finir, il a remercié la Fondation Bill et Melinda Gates pour leur appui constant dans l’atteinte du projet AVISA. En plus, il révélera que l’objectif est de contribuer à la transformation de l’agriculture en Afrique subsaharienne et en Asie pour l’amélioration de la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté.

Oumar BARRY

Source: l’Indépendant