sam. Mai 15th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Pour mieux rapprocher la justice  des  justiciables Le droit abordé de façon très simple et laconique à travers sa traduction en quatre langues nationales 

Pour mieux rapprocher la justice des justiciables Le droit abordé de façon très simple et laconique à travers sa traduction en quatre langues nationales

Dans le cadre d’un protocole  signé entre la Division Langues Nationales à la Direction Nationale du l’Education Formelle et des Langues Nationales (DNENF-LN) et l’USAID-Mali Justice Project (MJP), des fiches juridiques ont été traduites en quatre langues nationales pour mieux rapprocher la justice  des  justiciables. Ces documents ont été remis officiellement au ministère de la Justice, Garde des Sceaux, hier jeudi, à son département au cours d’une cérémonie qui a enregistré la présence des professionnels de la justice, des Organisations de la Société Civile, des cadres de l’Education Formelle et des Langues Nationales et des Partenaires Techniques et Financiers.

L’accès à la justice et la défense des droits des citoyens nécessite un regard croisé entre l’espace assigné à la justice malienne et l’espace vécu. C’est qui permet d’analyser les logiques des acteurs et les besoins réels des populations. C’est dans ce contexte que le MJP a pris l’initiative de traduire dans quatre langues nationales (Bambara, Sonrhaï, peulh et tamasheq) une trentaine de thématiques, tirées des 100 fiches juridiques, de la justice expliquée aux Maliens.  » La justice expliquée aux Maliens  » est un document de soixante pages compilant trente fiches juridiques regroupées en huit grands chapitres: Les institutions et les acteurs de la justice (5 fiches); Le droit civil et la procédure civile (11 fiches) ; Le droit foncier (1 fiche) ; Droit  Pénal et procédure (5 fiches) ; Droit des Assurances (1 fiche) ; Droit de travail et de la sécurité sociale (5 fiches) ; Le droit électoral (1 fiche) ; Les marchés publics (1 fiche).

Dans les fiches, les différentes cours de justice ont été  évoquées et leurs domaines de compétence bien définis.  Le rôle et la responsabilité du  juge, du magistrat, de l’avocat et du notaire y ont été élucidés,  toute chose qui permettra aux justiciablex de mieux comprendre pour mieux s’orienter.

Au-delà du cadre institutionnel, des mises en situation   pratiques ont été faites à la justice au quotidien et des voies de recours appropriées ont été indiquées au citoyen. En un mot, le droit a été abordé de façon très simple et laconique.

A en croire le Chef de Division Langues Nationales à la Direction Nationale de l’Education Formelle et des Langues Nationales, Abdramane Ba, la réalisation de ce document par USAID-MJP est d’une importance capitale 🙂 c’est un travail de sacerdoce et une réparation d’injustice sociale). Il renforce le civisme et la civilité du néo-alphabète, favorise son épanouissement) il développe le respect de l’autre et le bien public, assoit le vivre ensemble) il est un facteur d’intégration et de cohésion sociale.  D’où cet appel pressent à l’endroit de toutes les bonnes volontés à œuvrer pour faire bénéficier aux locuteurs  d’autres langues nationales  de cette merveille sociale.

D’après Moussa Boubacar Diallo, spécialiste renforcement institutionnel de Mali Justice Project, ces documents en langues nationales constituent un outil précieux pour dissiper le nuage qui sépare les Maliens de leur justice et pour aider le travail des OSC dans la facilitation de l’accès à la justice aux populations en général et en particulier aux 31% de Maliens alphabétisés à mieux connaître les acteurs et les institutions de la justice ainsi que le mode de règlement des conflits.

Représentant le ministre de la Justice, Gardes des sceaux, Cheick Tidiane Traoré a remercié Projet  Mali Justice pour le travail abattu et a souhaité que ces fiches juridiques soient traduites dans les autres langues nationales qui ne sont pas  prises en compte lors de cet exercice. Avant d’inviter les OSC à s’approprier et disséminer ces textes juridiques au plus grand nombre des Maliens.

La remise des documents aux différents participants, a mis fin à la rencontre.

Falé COULIBALY

Source: l’Indépendant