dim. Jan 19th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

7è Assemblée consulaire de la Chambre des Mines du Mali En 2019, près de 200 personnes des trois régions minières renforcées sur la protection et la sauvegarde de l’environnement

7è Assemblée consulaire de la Chambre des Mines du Mali En 2019, près de 200 personnes des trois régions minières renforcées sur la protection et la sauvegarde de l'environnement

La Chambre des Mines du Mali (CMM) a tenu, le vendredi 27 décembre, au Conseil National du Patronat du Mali (CNPM), la 7è session de son assemblée consulaire, dont l’ouverture des travaux a été présidée par le Chef de cabinet du ministère des Mines et du Pétrole, Lamine Alexy Dembélé. L’évènement a réuni les délégués venus de toutes les régions, de Kayes à Taoudenit.

Il s’agissait pour les acteurs des mines de passer en revue les activités menées et de se projeter sur les actions futures.

Après les mots introductifs du représentant de l’autorité municipale de la Commune IV, l’honneur est revenu au président de la CMM, Abdoulaye Pona de rappeler que la CMM a pour mission l’organisation et la représentation des personnes physiques et morales exerçant dans les différentes branches professionnelles d’activités des Mines.

A cet égard, courant 2019, les activités relatives à la représentation et à l’organisation des activités des mines ont consisté en la mise en place de points focaux de la CMM dans les nouvelles régions créées (Taoudénit et Ménaka).

Dans le cadre de l’union et de la cohésion des acteurs miniers, Abdoulaye Pona s’est réjoui de la mise en place du bureau de la Confédération Nationale des Sociétés Coopératives des Orpailleurs du Mali (CNSCOM-COOP-SA), créée selon les normes de l’OHADA. Avant d’inviter ses membres à travailler dans la cohésion, la solidarité et l’entente.

La région de Kidal, une zone d’orpaillage qui attire beaucoup de Maliens

L’orateur d’indiquer que le sous-secteur de l’orpaillage occupe quelques 2 millions de personnes des trois régions minières, sinon quatre, parce que, outre Kayes, Koulikoro et Sikasso, la région de Kidal est devenue une zone d’orpaillage qui attire beaucoup de Maliens et bien d’autres nationalités,  » désormais, du Nord au Sud, les défis liés à l’activité de l’orpaillage se posent de la même manière et avec la même acuité« , a-t-il précisé.

Le président Pona de rappeler que, du 16 septembre au 8 octobre, trois ateliers de formation se sont tenus à Kangaba pour la région de Koulikoro, à Kènièba pour la région de Kayes et à Yanfolila pour celle de Sikasso. Il s’agissait de former et de sensibiliser les orpailleurs, les  » tomboloma », les  » damatigui « , les maires et chefs de village sur les impacts négatifs de l’orpaillage non organisé sur l’environnement et les dangers de l’utilisation des substances chimiques dans l’orpaillage et le dragage. Ainsi, près de 200 personnes ont été renforcées sur la protection  et la sauvegarde de l’environnement, en relation avec l’activité de l’orpaillage, a-t-il indiqué.

Abdoulaye Pona a souligné que la mise en œuvre de toutes les activités menées par son organisation cette année a été rendue possible grâce aux investissements multiformes réalisés  sur ses maigres ressources.

La CMM attend un accompagnement soutenu et efficace de sa tutelle

C’est ainsi que, pour accroître le bon fonctionnement de la CMM, deux Toyota Pick-up et un groupe électrogène de 80 KVA ont été acquis. Il a ensuite indiqué que ces investissements se sont chiffrés à près de 90 millions de F CFA.  » La CMM ne cessera jamais de jouer son rôle d’impulsion et d’accompagnement de toutes les branches d’activités du secteur minier. Ainsi, nous attendons de notre département de tutelle un accompagnement soutenu et efficace dans l’accomplissement des nobles et multiples missions à nous assignées« , a conclu Abdoulaye PONA.

Falé COULIBALY

Source: l’Indépendant