jeu. Avr 2nd, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Deuxième conseil d’administration de l’Office national des pupilles en république du Mali Aider la nouvelle structure à relever les nombreux défis qui l’attendent

Deuxième conseil d'administration de l'Office national des pupilles en république du Mali Aider la nouvelle structure à relever les nombreux défis qui l'attendent

L’Office national des pupilles en République du Mali (ONAPUMA) a tenu la deuxième session du  conseil d’Administration le vendredi 27 décembre. Présidé par le secrétaire général du ministère de la Santé et des affaires sociales, Dr Mama Coumaré, cette session a été l’occasion pour les administrateurs d’examiner les documents soumis à leur appréciation dont l’examen et la validation du procès-verbal de la 1ère session en passant par l’adoption du point d’exécution des recommandations et du rapport d’activités 2019.

L’ouverture des travaux  qui a eu lieu dans la salle de conférence du ministère de la Santé et des affaires sociales, a enregistré la  présence de la directrice générale de l’ONAPUMA, Mme Koné Sissi Odile Dackouo.

Dans son allocution, le Secrétaire général a tout d’abord rappelé que la session coïncide avec le 30ème anniversaire de la Convention des droits des enfants et intervient juste après la remise de la carte du pupille le 23 décembre par le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita.

Il fera remarquer que la  création de l’ONAPMA, procède non seulement  de la volonté politique assumée des plus hautes autorités, mais aussi de la conviction inébranlable à une égalité des chances, pour plus de justice sociale et d’équité pour ceux- là mêmes qui au service de l’État perdent la vie à travers soit l’exercice d’une mission commandée ou d’un service public, soit parce qu’enfants en situation de détresse dont la puissance publique reste et demeure leur seul espoir pour retrouver la dignité humaine.

 » C’est donc à juste titre, que l’État a institué cette double catégorisation de pupilles à savoir les Pupilles de la Nation et les Pupilles de l’État afin d’assurer cette protection sociale dont notre constitution lui en fait obligation  » a-t-il ajouté.

Il a invité les administrateurs à aider cette nouvelle structure à relever les nombreux défis qui l’attendent.

Prenant la parole à son tour, la directrice générale de l’ONAPUMA, Mme Koné Sissi Odile Dakouo,  a notifié que malgré les difficultés rencontrées, la plupart des activités programmées ont été exécutées. Elle soutiendra que  le budget 2019 d’un montant de 472 millions FCFA a été exécuté à 81,90%.

Cette exécution, dit-elle,  a permis de prendre en charge des dépenses de fonctionnement, d’octroyer des kits scolaires et d’hygiène aux pupilles, d’immatriculer 300 pupilles dont 265 de la nation et 35 de l’Etat. Cela a aussi permis  d’accorder une subvention de 180 millions aux pupilles.

Rappelons que les pupilles de la Nation concerne les enfants mineurs des parents décédés des suites d’évènements déclarés catastrophes naturelles reconnues par l’Etat.

Les enfants mineurs des parents décédés dans d’autres types de catastrophes pour lesquelles les tribunaux ont établi la responsabilité de l’Etat.

Les pupilles de l’Etat sont quant à eux des enfants mineurs abandonnés, de parents inconnus, nés de mère malade mentale sans substitut parental valable, nés de parents condamnés à de lourdes peines privatives de liberté et sans substitut parental valable et enfin les orphelins pour lesquels aucun membre de la famille ne peut être tuteur.

Ramata TEMBELY

Source: l’Indépendant