sam. Sep 26th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

17ème session ordinaire du conseil d’administration de l’agence du bassin du fleuve: Le budget 2020 en hausse par rapport à celui de 2019

La 17ème session ordinaire du Conseil d’Administration de l’Agence du Bassin du Fleuve Niger (ABFN) s’est tenue, hier jeudi 16 janvier, dans la salle de conférence de ladite agence. Elle s’inscrit dans un contexte marqué par le Projet de Réhabilitation économique et Environnementale du fleuve Niger. Au cours de cette session, les administrateurs ont examiné et adopté le compte-rendu et le point d’exécution des recommandations de la dernière session ordinaire et les rapports d’activités et financier de l’exercice 2019 (1er janvier au 31 décembre).

Dans son discours d’ouverture, le représentant du ministre de l’Environnement, de l’assainissement et du développement durable, Mamadou Dagou, qui présidait les travaux, a souligné que cette session intervient dans la foulée de l’organisation avec succès des assises du Dialogue national inclusif, car les résolutions desdites assises augurent, à la fois, d’une sortie de la profonde crise dans laquelle le pays est plongé depuis 2012 et une renaissance du pays.

Il a rappelé que l’Agence a pu exécuter 23 activités sur les 32 prévues soit un taux d’exécution de 71,87%. Parmi ces activités, il y a, entre autres, la poursuite des travaux d’aménagement des berges du fleuve Niger de Diafarabé dont le niveau d’exécution a connu une avancée significative à savoir 92% pour le lot 1 (aménagement des berges) et 84% pour le lot 2 (curage du Diaka).

Cette rencontre statutaire a été l’occasion pour les administrateurs, de revoir le budget 2020 à la hausse par rapport à celui de l’année écoulée.

En effet, pour l’exercice 2019, le budget approuvé a été d’un montant de 4.252.004.567 FCFA puis révisé en cours d’année à 3 619 227 387 FCFA. Ainsi, le niveau global d’exécution du budget 2019 est de 65,13% soit une liquidation de 2.357.519.618 FCFA, a-t-il souligné.

L’exercice 2019 a été marqué par des difficultés, notamment de la faiblesse des subventions allouées par le budget d’Etat par apport aux investissements souhaités, de l’absence de ressources propres et du retard dans l’adoption du mécanisme financier de perception de redevances auprès des organismes préleveurs et pollueurs d’eau.

Cependant, le président du Conseil d’administration est optimiste pour l’année 2020 dont le projet prévisionnel est de 4.252.004.567 FCFA. Il doit permettre de faire face à la mise en œuvre du programme d’activités, qui pour lui  » annonce de bonnes perspectives « . Parmi les activités phares, il y a le démarrage des opérations de démonstration du PREEFN, celui de la phase d’extension du projet de collecte et de partage continus des données, l’achèvement des travaux d’aménagement et du curage du fleuve Niger à Diafarabé etc

Quant au président de l’ABFN, Abourahamane Oumarou Touré, il a affirmé  » des progrès notoires ont étés réalisés « . Avant d’ajouter que l’objectif est de démontrer  » l’efficacité des mesures visant l’amélioration de la navigation et des services portuaires et de démontrer également la faisabilité d’activités de réhabilitation environnementale et d’amélioration des conditions de vies au niveau des sites ciblés dans le Delta intérieure du Niger ».

Awa DOUMBIA, stagiaire

Source: l’Indépendant