ven. Fév 21st, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

En vue de  l’application de l’article 39 de leur statut: Les enseignants étaient dans les rues sur l’ensemble du territoire national

Ce devait être une marche de tous les dangers, mais elle a été une démonstration de force de la part des enseignants. Il n’y a eu ni casse, ni provocation. Pour l’application de l’article 39 de leur statut les enseignants sont déterminés à utiliser tous les moyens légaux.

Ils étaient des milliers de personnes habillées en rouge à prendre part à cette grande marche pacifique des syndicats signataires du protocole d’accord du 15 octobre 2016. Parmi eux, on notait des enseignants, des élèves, des parents d’élèves, des hommes politiques et des activistes.

De la place de la Liberté à Bamako où le ton a été donné jusqu’au Boulevard de l’indépendance, les marcheurs dénonçaient les mauvaises conditions de vie et de travail des enseignants, l’amateurisme et la négligence du gouvernement dans la gestion des affaires des enseignants, l’insouciance du gouvernement Malien vis-à-vis de la question de l’école malienne et surtout celle des enfants des pauvres, le mépris de la part du Premier ministre, Chef du Gouvernement et ministre de l’Economie et des Finances pour les enseignants du Mali.

Selon les manifestants, cette crise est due au non-respect des engagements pris par le Premier ministre, le 04 octobre 2019 et des instructions du Président de la République, le 05 octobre 2019 à l’occasion de la célébration de la journée Mondiale des enseignants au palais de Koulouba.

Dans leur déclaration lue par leur porte-parole, Adama Fomba, les syndicats de l’Education signataires du 15 octobre 2016 ne demandent que l’application d’une loi à travers son article 39 qui stipule que :  » Toute majoration des rémunérations des fonctionnaires relevant du Statut général s’applique de plein droit au personnel enseignant de l’Enseignement secondaire, de l’Enseignement fondamental et de l’Education préscolaire et spéciale.»

Il a précisé que certains engagements pris par le gouvernement lors de la signature du procès-verbal de conciliation du 18 mai 2019 ne sont pas honorés. Et, le gouvernement veut violer les conventions 87 et 98 que le Mali a souverainement ratifiées.

 » Nous tenons à dire et à réaffirmer au Gouvernement que nous avons toujours été ouverts au dialogue et entendons rester dans cette dynamique « , a soutenu Adama Fomba.

Pour le porte-parole, les syndicats de l’éducation signataires du protocole d’accord du 15 Octobre 2016 ne craignent ni les intimidations, ni les menaces de toute nature dont ils font l’objet de la part du Gouvernement.

 » Nous exigeons l’application immédiate de l’article 39 de la Loi N°2018-007 du 16 janvier 2018 portant Statut du personnel enseignant de l’Enseignement secondaire, de l’Enseignement fondamental et de l’Education préscolaire et spéciale. Nous sommes déterminés à utiliser tous les moyens légaux pour l’application de l’article 39 « , a-t-il conclu.

Notons que les syndicats et le gouvernement se réuniront aujourd’hui à 15 heures au ministère en charge de l’éducation pour statuer sur cette revendication des enseignants.

Abdoul DEMBELE

Source : l’Indépendant