sam. Mai 15th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Affaire de ‘’propos discourtois’’ de l’Ambassadeur du Mali en France sur des soldats de Barkhane: Le parti SADI de Dr Oumar Mariko soutient les propos de Toumani Djimé Diallo

Dr Oumar Mariko, président du parti SADI, a rebondi, hier mardi, sur l’affaire de propos  » discourtois  » de l’Ambassadeur Toumani Djimé Diallo. Lui et son parti apportent leur soutien aux propos tenus par l’Ambassadeur du Mali en France lors de son audition devant la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat français.

Le député élu de Kolondièba voit dans le rappel pour consultation de Toumani Djimé Diallo une  » attitude dictatoriale de la France  » et  » irresponsable des autorités maliennes « . Allusion faite au fait que la France a demandé des explications et que le président IBK a dépêché illico presto son ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale à Paris.

Il confirme et soutient, à cet effet, au nom de son parti, les propos de l’Ambassadeur du Mali en France, qui a ouvertement accusé les soldats de la Légion étrangère de  » débordements  » à Bamako.

Au-delà de la confirmation, Dr Oumar Mariko va plus loin en accusant des militaires français  » d’abuser sexuellement les femmes », et de  » participer aux combats contre les FAMa  » dans certaines localités. Il reconnait, tout de même, que l’Ambassadeur a fait un lapsus en citant Bamako comme zone des  » débordements  » en lieu et place des régions du Nord.

 » Nous soutenons les propos de Toumani Djimé qui nous réconfortent dans notre combat « , a déclaré Oumar Mariko, qui a lancé récemment le Mouvement Démocratique populaire.

Ce regroupement, qui a enregistré de nouveaux adhérents, a mobilisé en janvier dernier des milliers de manifestants dans les rues de Bamako dans le sillage du Sommet de « clarification » de Pau pour exiger le retrait des forces françaises du Mali.

Le parti SADI et son président s’insurgent contre la présence française au Sahel, plus particulièrement au Mali. Ils sont, rappelle Mariko, contre l’Accord de défense signé entre la France et le Mali et  » l’accaparement de la Minusma par la France « . Ils appellent aussi à une relecture de l’Accord d’Alger.

Ils félicitent Toumani Djimé Diallo pour ses propos jugés par le président du Sénat de  » contre-vérités et ne servant qu’à alimenter les campagnes de communication contre la France « .

Evoquant le retour de l’Armée à Kidal, le SADI estime que  » nos militaires sont plutôt partis en prison « . Car, expliquet-il,  » Kidal est pour la France « .

Moussa Sayon CAMARA

Source : l’Indépendant