dim. Mar 29th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Qu’en penses-tu, Seïdina Oumar Dicko : Coronavirus a toqué aux portes de l’Afrique Peur panique au Mali

Deux de nos voisins, l’Algérie et le Sénégal ont signalé, coup sur coup, des cas de malades à Coronavirus venus d’Europe. La France et l’Italie qui restent des pays d’accueil de nos compatriotes avec lesquels nous avons des flux importants de population sont également touchés. En plus des mesures arrêtées à l’Aéroport International Président Modibo Kéïta de Bamako- Sénou, aux frontières terrestres et au niveau des structures sanitaires sur toute l’étendue du territoire, le ministère de la Santé publique et des Affaires Sociales a été plus loin avec ces nouvelles alertes aux portes de notre pays. Ces mesures suffiront-elles à mettre le Mali à l’abri de ce fléau qui fait trembler le monde entier ?

C’est par un communiqué, à première vue précipité et irréfléchi traduisant une panique qui n’est pas de mise en pareille situation, que le ministère de la Santé a réagi à l’annonce de ces cas en Egypte, au Nigeria et chez nos voisins immédiats de l’Algérie et du Sénégal.  » Le ministère de la Santé et des Affaires Sociales invite les voyageurs venant des pays touchés à se signaler auprès des structures de santé. » Telle est la substance de la nouvelle « riposte  » malienne à l’annonce de ces premiers cas aux portes de notre pays. Elle vient s’ajouter au dispositif bringuebanlant mis en place mais mal appliqué à certains niveaux, que nous avions dénoncés, en vain, dans des propos peu amènes par le passé.

– La nouvelle mesure semble mettre en exergue la bonne problématique, mais la solution proposée resiste- t- elle à l’analyse ?

A l’analyse, ce communiqué du MSAS sur les voyageurs à risque procède certes d’une bonne intention, mais propose une fausse réponse. Ainsi, les voyageurs venant des zones à risque par avion, donc bien qu’en nombre limité, se présenteront où au niveau des structures sanitaires ?

Le communiqué n’en pipe mot. Les CSCOM et hôpitaux, passablement débordés même en temps normal, peuvent- ils recevoir ce monde si l’on y ajoute les candidats entrés par les voies terrestres ?

Autres questions qui ne trouvent pas réponses dans ledit communiqué : les passagers seront-ils mises en quarantaine ou simplement testés comme à l’entrée du territoire et sur quel délai ? Enfin, leurs familles, proches, voisins à la mosquée, lors des événements sociaux, entre autres, mis déjà en contact avec eux, seront-ils concernés par la mesure alors que Coronavirus connait une période d’incubation et est encore, fort heureusement, loin de nous ?

La liste est longue des questions sans réponses dans ce communiqué lapidaire et précipité d’un département qui veut prendre les devants mais ne rassure pas. Sa communication en fait trop et risque d’entraîner une psychose. Elle donne l’impression d’être l’émanation des seuls techniciens de santé là où elle doit s’abreuver à l’expertise d’autres structures de sensibilisation. Ce qui ne semble pas être du tout l’avis du MSAS préférant évoluer en vase clos, hermétique aux suggestions venues d’ailleurs.

La seule information utile dudit communiqué, à notre humble avis, tient, jusque-là, dans un numéro vert « le 36061 mis à la disposition du public pour toute information utile. » Laquelle? Autre absence dans la communication du MSAS, en raison d’une panique qui s’explique mal.

Source : l’Indépendant