sam. Oct 31st, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Législatives des 29 et 19 avril à Sikasso: Adama Noumpounon Diarra pour porter la liste ADEMA – ASMA – ADP-Maliba – FCD

L’ex-Commissaire à la Promotion des Jeunes avec rang de ministre, Adama Noumpounon Diarra, qui a dirigé pendant 15 ans l’Agence pour le Développement social (ADS) puis le Fonds de Solidarité Nationale (FSN) qui a permis de réaliser de nombreuses infrastructures sociales à travers le pays et soutenir plusieurs couches vulnérables sera le porte étendard de l’ADEMA -PASJ dans le cercle de Sikasso.

Dans cette circonscription électorale, le parti de l’abeille sera en alliance avec l’ASMA, l’ADP-Maliba et le FCD.

Ce rendez-vous électoral, qui intervient dans un contexte marqué, d’une part par la crise multi dimensionnelle, d’autre part l’ébranlement de la confiance des Maliens dans leur système politique, est l’occasion, aux dires du candidat Adama N. Diarra,  » de redonner de la vigueur au débat parlementaire « .

Aussi, dit-il,  » cette situation interpelle et demande l’engagement d’un leadership politique résolument motivé pour la nation, disponible, et entreprenant « .

C’est pourquoi, il a décidé de faire à nouveau appel à la confiance des électeurs de Sikasso afin de porter au niveau du cercle, de la région et de la nation, les expériences et des enseignements vécus et pratiqués au niveau local en sa qualité de maire de la Commune rurale de Kourouma, mais également comme haut cadre de l’Etat ayant occupé des fonctions au niveau de la coopération internationale.

Adama N. Diarra s’engage à écouter toutes les couches socio-économiques dès le début du mandat, à ouvrir un espace de rencontre à Sikasso dénommé  » Kuma Boulon « , à s’investir pour engager une démarche commune à l’endroit des pouvoirs publics de manière à obtenir la mise en œuvre effective du projet de Zone Economique Spéciale de Sikasso.

Il entend également s’engager dans des initiatives visant à améliorer la politique et les pratiques dans les domaines de l’agriculture, le transport, l’élevage, le commerce et l’industrie, notamment la valorisation à l’exportation des produits agricoles par la mise en place d’unités de transformation.

Y.C

Source : l’Indépendant