dim. Mar 29th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Commémoration du 8 mars: Les aide-ménagères prennent part aux festivités grâce à MTC-Mali

A l’instar de leurs sœurs, les aide-ménagères ont aussi célébré le 8 mars sous le thème  » nous aides-ménagères disons stop aux violences faites aux femmes et aux filles sous toutes leurs formes et soutenons les veuves et les orphelins de guerre « . Ce, grâce au mouvement malien des travailleurs croyants (MTC-Mali) qui  organise chaque année à l’intention de ces femmes une soirée récréative pour leur permettre de prendre part aux festivités commémoratives de cette journée qui vise à magnifier la femme. Ladite cérémonie qui a eu lieu au parc national, a enregistré la présence de plusieurs personnalités.

Selon Hortense Dembélé deMTC-Mali, en ce 21e siècle, les aides-ménagères demeurent encore indexées dans leur dignité de femme avec l’appellation  » bonne « , «  boniche « ,  » 52 « , entre autres, pour les dénigrer comme si le service qu’elles rendent était indigne. Et pourtant celles-ci constituent le socle des foyers et aussi les murs qui entendent tout.

Elles sont un rempart dans beaucoup de foyers. Si les aide-ménagères se mettaient à parler, des familles se briseraient, des amis se haïraient à vie, des foyers éclater aient à jamais.  »  Malgré notre silence, nous ne sommes pas épargnés par les discriminations qui nous viennent pour la plupart de nos employeurs, hélas !  » a témoigné la présidente du MTC.

Avant d’interpeller, les uns et les autres, au respect des aide-ménagères en les mettant dans leurs droits de travailleurs avec dignité et décence, un repos hebdomadaire bien mérité, une assurance maladie et pourquoi pas une retraite, poursuivra-t-elle, pour ceux et celles qui veulent faire  carrière dans ce métier, car tout travail mérite une bonne fin, une retraite.  » Il est temps que nous soyons reconnues et mis dans nos droits de travailleurs, il est temps que notre métier soit professionnalisé comme les autres. Il est temps que les discriminations disparaissent à notre égard  » a-t-elle ajouté.

Malgré les difficultés auxquelles elles demeurent confrontées, force est de constater, selon Mme Dembélé, que le nombre des aides ménagères augmente de jour en jour avec  les veuves et orphelins de nos braves soldats tombés sur le champ de l’honneur, également avec les élèves qui ont fui les zones de conflits du nord et du centre pour survivre et faire face aux difficultés.

Lesquels viennent grossir le rang de celles qui venaient chercher traditionnellement  leur trousseau de mariage.  » Il est temps d’agir, il est temps de nous aider, il est temps que les décideurs jettent un regard sur nous afin que nous soyons traitées dignement  » a poursuivi la présidente du MTC. Elle a par ailleurs saisi l’occasion pour inviter la population à les rejoindre dans la lutte en faveur de braves dames travailleuses domestiques grâce à qui nous pouvons servir dans les bureaux et vaquer à nos occupations quotidiennes sans crainte.

Pour sa part, le représentant du maire de la C III a salué MTC-Mali pour l’organisation d’une telle activité à l’endroit de ces femmes et filles. Une belle initiative qui devient une tradition au fil des années.

La présentation d’un sketch sur les veuves et orphelines et sur les violences faites aux aide-ménagères, la lecture d’un poème à l’endroit des veuves et orphelines, les témoignages des filles victimes de violences, les prestations musicales ont été, entre autres, les temps forts de cette cérémonie qui a été à la fois riche en son et en lumière.

Ramata S Keita

Source: l’Indépendant