mar. Oct 20th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Journée de capitalisation du bilan des travaux du projet  » Haoua « : Un bilan jugé satisfaisant dans la défense des droits des femmes

La Maison du partenariat de Bamako a abrité, hier lundi 9 mars, la journée de capitalisation sur le travail réalisé autour de la défense des droits des femmes dans le cadre de la mise en œuvre des activités du projet  » Haoua, Alliances et sonorités des femmes au Mali et en Algérie « . Cette session a été initiée par le comité international pour le développement des peuples (CISP) en étroite coordination avec l’Association malienne des droits de l’homme (AMDH) et le réseau femmes droit et développement en Afrique (WILDAF/Mali).

Financé par l’Union Européenne, le projet  » Haoua  » dont l’intitulé est  » alliances et sororités des défenseurs des droits des femmes  » avait pour objectif de créer une synergie en vue de  défendre et de promouvoir les droits des femmes au Mali et en Algérie.

Mme Allesia, responsable pays du CISP Mali s’est réjouie de la mise en œuvre de ce projet qui s’est étendu sur une période de dix-huit mois. Elle a rappelé les réalisations qui ont abouti à l’exécution effective du projet Haoua. Il s’agit donc des activités d’information, de sensibilisation et de formation autour de certaines thématiques relatives aux droits des femmes en vue d’éradiquer toutes formes de discrimination et de violences basées sur le genre.

Parlant du bilan, la responsable pays du CISP a affirmé que celui-ci a été satisfaisant, car d’énormes progrès ont été réalisés. Par contre, elle a précisé que de nombreuses réalisations doivent être faites encore pour une meilleure prise en charge des droits des femmes au Mali.

Dans sa mission de promotion, de protection et de défense des droits de l’homme et des peuples, le chargé des finances et responsable logistique de l’AMDH, Yacouba Woyokoté, a indiqué que la paix sociale et durable au Mali ne peut se construire sans une prise en compte des droits de tous les êtres humains sans aucune distinction au préalable. Il a souligné que ledit projet a atteint ses objectifs, mais il reste encore des efforts à fournir en vue d’obtenir un changement de comportement vis-à-vis des questions relatives à la protection des droits des femmes. Quant à la présidente de WILDAF/Mali, Mme Bouaré Bintou Founè Samaké, elle a qualifié 2020 comme une année charnière pour les femmes dans la lutte pour la promotion et la protection de leurs droits car dit-elle coïncidant avec la 25ème année de l’adoption de la plateforme d’action de Beijing, les 20 ans de la Résolution 1325, les 40 ans de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDEF). A ces dires, les femmes ont longtemps vécu dans l’ombre et dans le scepticisme. De ce fait, elle les a encouragé à rompre le silence sur les non-dits qui affectent leurs droits et freinent leur épanouissement.

Au cours des échanges, la lumière a été faite sur les recommandations  perceptives à faire pour la protection des droits des femmes.

Aminata Kébé-stagiaire

Source: l’Indépendant