mar. Oct 27th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Le candidat Ainea Ibrahim Camara face à la presse, mardi 10 mars:  » Le Mouvement Républicain n’est ni de la Majorité ni de l’Opposition mais pour le peuple « 

Ainea Ibrahim Camara, candidat aux législatives en C.III du district de Bamako, a animé, mardi 10 mars, au siège de son parti une conférence de presse pour expliquer les motivations de sa candidature aux élections de mars-avril prochains. Selon lui, son jeune mouvement ne se retrouve ni avec la Majorité ni avec l’Opposition.

Le candidat, qui a fait carrière à l’extérieur du pays, justifie sa candidature aux législatives par son souhait de mettre ses expériences, expertises et réseaux au service de sa Commune, qui aligne 44 candidats pour le scrutin du 29 mars prochain. Il dit ambitionner de faire en sorte que  » l’intérêt général des citoyens soient au-dessus de tout « . Il envisage de faire de sa commune un exemple au Mali.

Cet expert-financier, dont la candidature pour la présidentielle a été rejetée en 2018, entend une fois élu député susciter des lois pour attirer massivement les investisseurs au Mali. Ces lois, précise-t-il, seront conforment à la modernité et à la réalité du terrain. Ce qui débouchera, selon lui, sur la mise en place d’un fonds souverain pour financer la production en lieu et place de la garantie financière internationale.

Il a mis à profit cette occasion pour réagir à des accusations lui prêtant la volonté de se faire couvrir par l’immunité parlementaire afin de se protéger de la justice. Il nie, à cet effet, toute implication dans des  » affaires d’escroquerie ou de détournement « . Il qualifie ces  » allégations de mensongères, calomnieuses et diffamatoires « .

De plus, il a levé toute équivoque sur le positionnement de sa formation politique dans l’arène politique. Il nous a confié énergiquement que son  » mouvement politique (MR) n’est ni de la Majorité présidentielle ni de l’Opposition « .  » Nous ne faisons allégeances à quiconque. Nous sommes avec le peuple malien « , a-t-il déclaré.

Sa candidature pour la présidentielle de juillet 2018 a, pour rappel, été rejeté par la Cour constitutionnelle au motif que  » le parrainage de ses élus de Ségou et Sikasso étaient erronés « .

Moussa Sayon CAMARA

Source : l’Indépendant