sam. Oct 24th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Projet d’aménagement de 309 KM de piste rurale dans la région de Koulikoro: Plusieurs engins d’entreprises contractantes incendiés par des hommes armés

Dans la nuit du mardi à hier mercredi 18 mars, aux environs de 21 heures, des hommes armés, arrivés en motos, se sont attaqués aux engins du groupement d’entreprise ECGF-EMCM dans leur carrière sur l’axe Sirakorola- Niamana, plus précisément à Togoni situé à environ 93 km de Koulikoro. L’attaque n’a pas fait de victimes, mais plusieurs engins lourds ont été incendiés par les assaillants causant des pertes estimées à plusieurs centaines de millions de FCFA pour les deux entreprises en charge de ce projet. Lequel entre dans le cadre de la phase II du Projet d’amélioration et de l’accessibilité rurale (PAAR).

La région de Koulikoro est de plus en plus la cible d’hommes armés circulant principalement en motos. Cette région, dont une partie débouche sur les localités du centre et du nord, est gangrénée par l’insécurité. La dernière attaque en date a eu lieu, dans la nuit du mardi 17 à hier 18 mars. Selon des informations recueillies auprès des sources proches de l’une des entreprises contractantes, cette nuit, aux environs de 21 heures, des hommes armés sont arrivés sur trois motos. Face à leurs armements et leur intention de nuire, les deux gardiens civils se sont sauvés, laissant le champ libre aux assaillants. Ceux-ci ont alors aspergé les différents engins lourds stationnés dans la carrière de l’entreprise avant d’y mettre le feu.

Les populations de Togoni ont voulu éteindre les flammes, elles en ont été dissuadées par les assaillants à travers des tirs nourris de sommation. Finalement, celles-ci ont assisté impuissantes à l’incendie des engins du groupement d’entreprises ECGF-EMCM qui exécute les travaux d’aménagement des 309 km de piste rurale dans la zone. L’équipement incendié est composé d’un chargeur 980 d’un coût estimé à 800 millions de FCFA, de deux pelleteuses dont un Itachi d’une valeur de 100 millions de FCFA, d’un Caterpillar 325 d’une valeur estimée à 45 millions de FCFA, d’un Bulldozer D7 évalué à 55 millions de FCFA.

Cependant, un témoin présent lors des évènements relève que les éléments des forces de sécurité stationnés à Koulikoro, notamment au sein de la mission européenne de formation, n’ont pas voulu intervenir malgré leur information. C’est le lendemain que leur équipe s’est présentée pour constater les dégâts. Si les assaillants ne se sont pas attaqués à la population ni aux deux gardiens, l’un de ceux-ci, dans sa course pour se sauver, s’est blessé.

Notre source précise qu’avant cette attaque, le chantier n’avait jamais reçu de menace ni d’information sur une éventuelle attaque. Aussi, leur surprise était-elle grande de voir des hommes armés s’attaquer à leur site alors que les travaux ont commencé il y a plusieurs mois déjà et entrent dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des populations de la zone.

Comme il fallait s’y attendre, cette attaque a engendré un arrêt des travaux et les responsables des entreprises sont aujourd’hui très inquiets pour la suite des travaux qui devraient s’achever en fin mai prochain. C’est pourquoi, ils sollicitent les plus hautes autorités pour que des mesures idoines soient prises, d’une part pour la sécurisation de leurs sites par les forces armées et de sécurité, d’autre part pour le dédommagement par rapport aux dégâts causés qui vont grandement entraver la poursuite des travaux d’aménagement réalisés dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’amélioration de l’accessibilité rurale (PAAR) auquel le gouvernement et ses partenaires techniques et financiers accordent une grande importance.

Y.C

Source : l’Indépendant