mar. Oct 27th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Après avoir été confondu à un braqueur et dépossédé de ses biens: Le policier Salif Koné blanchi par une patrouille du Commissariat de 17e Arrondissement

Le Sergent de Police en service au GMS MO, Salif Koné a été confondu à un braqueur alors qu’il se rendait à son domicile à Lassa, en Commune III. C’était dans la nuit du 6 mars, vers 1 heure du matin. A l’issue d’une enquête rondement menée, les vrais auteurs ont été mis aux arrêts par les hommes du Commissaire du 17e Arrondissement, Seydou Coulibaly alias Zarawana.

Selon nos informations, le 6 mars dernier, vers 1 heure du matin, alors qu’il se rendait à son domicile, après son service, le Sergent de Police Salif Koné en service au GMS-MO a été victime d’un braquage sous la menace d’arme à feu. Il a alors été dépossédé de sa moto Djakarta, de son téléphone portable de marque Tecno L8+, de son arme de service de marque Norinco et de divers objets se trouvant dans son sac.

Arrêté et confondu à un braqueur, il a été mis à la disposition de la Gendarmerie du Camp I, alors qu’il continuait de clamer son innocence.

Le 14 mars dernier, aux environs de 14 heures, à Bagadadji,  une équipe de patrouille de la Brigade de Recherche, conduite par le Commandant Souleymane Sidibé alias  »Division », a pourchassé deux suspects, ayant pris la tangente, après avoir aperçu une voiture de police.

La course-poursuite ayant été conclue par l’arrestation de D.D,  il a été trouvé en sa possession une arme de poing de type  »Norinco », exclusivement mise à la disposition des policiers par le ministère de la Sécurité et de la Protection Civile.

Conduit au Commissariat du 17e Arrondissement, puis interrogé sur la provenance de l’arme, il a déclaré, en premier lieu, l’avoir reçue par l’entremise d’un de ses cousins, qui a pu s’échapper au moment de son interpellation. Après avoir été soumis à un interrogatoire serré, il a finalement reconnu avoir pris part, avec son cousin, au braquage du Sergent de Police Salif Koné, perpétré dans la nuit du 6 mars, à Lassa.  » Nous l’avons minutieusement fouillé et dépossédé de son téléphone portable, son argent et divers objets trouvés dans un sac. Nous nous sommes ensuite rendus au « Black Market » à Bagadadji pour bazarder ladite moto à 125.000 FCFA, à un certain B.C alias « LE ». Le lendemain, nous nous sommes rendus au Malitel-Da, pour vendre le téléphone portable de la victime à quinze mille Francs CFA (15.000 FCFA) « , a-t-il confié aux enquêteurs.

Une mission, toujours sous la conduite du Commissaire Moussé M’Baye, s’est immédiatement rendue à Bagadadji pour cueillir le receleur. Interrogé, celui-ci a reconnu avoir effectivement acheté ladite moto avec les mis en cause pour la revendre à un certain K.A, qui a été arrêté le lendemain par la Brigade d’Investigations Judiciaires (BIJ), en possession d’une moto de couleur grise et portant les mêmes références que celle du Sergent de Police Salif Koné et mis à la disposition du Commissariat du 17ème Arrondissement.

D’intenses recherches sont en cours afin de dénicher les complices de cette affaire.

Quant aux divers objets personnels du policier victime, ils auraient été jetés dans un caniveau à Bagadadji. Seul son béret a été retrouvé lors de la perquisition domiciliaire.

Oumar BARRY

Source: l’Indépendant