jeu. Mai 28th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

COMMUNE VI : Par crainte de la propagation du COVID-19, les électeurs n’étaient pas mobilisés

Ces élections sont perturbées par l’apparition de la pandémie du Coronavirus au Mali avec la confirmation de 20 cas et un décès. D’où le manque d’affluence dans les Centres de vote en Commune VI du District de Bamako.

Le premier tour des élections législatives s’est déroulé hier dimanche 29 mars, après plusieurs années de report. Il se tient dans un contexte assez particulier en raison de la pandémie du Coronavirus. C’est pourquoi, partout où notre équipe est passée, nous avons remarqué une faible motivation des électeurs dans les centres de vote à Faladié, Niamakoro, Sogoniko, Magnambougou, Yirimadio, Senou Base, Senou Aviation…etc.

La commune VI, qui compte plus d’électeurs sur les six communes du District de Bamako avec 322 206 électeurs répartis dans 658 bureaux de vote pour 33 Centre de vote a été frappée par un manque de motivation. Cette démotivation s’explique en grande partie par la peur de se faire infecter par le Coronavirus. « Il n’y a vraiment pas d’affluence. Sinon, le scrutin a commencé dans tous les bureaux à partir de 8 heures. Mais certains assesseurs et délégués ont été remplacés par la Mairie, car ils n’étaient pas sur place à l’heure indiquée pour ouvrir les bureaux de vote. Ces assesseurs et délégués avaient déjà reçu des formations au cas où le besoin se serait fait sentir », nous a confié Mamadou Sidibé, le Coordinateur du Centre de vote de Sogoniko I.

Sur le plan sanitaire, il dira que les autorités communales ont fait de leur mieux car certains dispositifs sont en place tels que les gels hydro alcoolique ,  » mais ce n’est pas à 100% parce qu’ils nous ont envoyé 17 bidons de gels pour 30 bureaux. Quant aux gants et aux masques, nous n’en avons même pas reçu « .

Le même discours a été tenu à nos micros par le Coordinateur du Centre de vote du Lycée Public et celui de l’Ecole Fondamentale de Niamakoro, respectivement Balla Ibrahima Sissoko et Alassane Ouattara :  » Pour faciliter le vote à ceux qui n’ont pas pu retirer leurs cartes d’électeurs, nous les avons récupérées pour les déposer dans les différents bureaux de vote afin que leurs détenteurs puissent les récupérer et voter tout simplement. Nous avons décidé de faire tout cela, pour que les gens viennent voter, mais malheureusement, certains ont peur de venir à cause du coronavirus. Tandis que nous, nous n’avons pas de gants ni de masques pour nous protéger « .

Pour les représentants de la Majorité et de l’Opposition communément appelés les Assesseurs, la faible mobilisation et le manque d’affluence n’est ni de la faute de la classe politique ni celle du gouvernement, mais plutôt de l’apparition du COVID-19 au Mali. C’est pourquoi, certains n’ont pas pu faire leurs campagnes électorales.  » Face à la peur d’être contaminé, le taux de participation et de mobilisation est très faible, mais j’ai voté car le vote est un droit civique et j’ai fait mon devoir « , a martelé une électrice.

Par contre, beaucoup de gens dans la rue voient ces élections comme un moyen rapide de propagation de ladite maladie.  » Je ne voterai pas et aucun membre de ma famille n’ira voter, car c’est allé chercher le virus pour l’amener à la maison. Le gouvernement sait bien que le fait de tenir ces élections maintenant ne servira qu’à propager le virus partout au Mali « , a dit un chef de famille à Yirimadio.

Notons que lors de nos passages dans ces différents centres de vote, nous n’avons assisté à aucun incident, mais les Forces de Sécurité étaient présentes partout pour assurer le bon déroulement du scrutin. En tout cas, avec le Coronavirus, le premier tour des législatives s’est déroulé dans une atmosphère morne.

D.S

Source : l’Indépendant