lun. Août 10th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Le commissaire générale de la FMSE, Mamadou Diarrah tire la sonnette d’alarme: Les 600 m² du champ hippique vendus frauduleusement à l’Université Kankou Moussa n’ont toujours pas été restitués « 

Le litige relatif à la vente d’une superficie de 600m² du champ Hippique de Bamako à l’Université Kankou Moussa refait surface. Alors que l’Etablissement scolaire s’apprêterait à investir sur l’espace, le Commissaire général de la Fédération Malienne des Sports Equestres (FMSE), Mamoutou Diarrah exhorte les plus hautes autorités du pays à intervenir.

Le mur de clôture du champ hippique de Bamako, en construction afin de sécuriser l’espace hippique contre la spéculation foncière, a été décalé au niveau de l’Université Kankou Moussa. La raison : l’établissement d’Enseignement supérieur aurait acheté 600m² du patrimoine hippique. Il serait même sur le point d’amorcer un chantier sur ce qu’il considère désormais comme sa propriété privée.

Seulement voilà : les usagers du champ hippique ne l’entendent pas de cette oreille. C’est ainsi que le Commissaire général de la Fédération Malienne des Sports Equestres (FMSE), Mamoutou Diarrah est sorti de sa réserve pour déclarer que  » depuis environ 4 ans, une superficie de 600 m² a été cédée frauduleusement par l’ancien responsable du champ hippique, Modibo Bagaga, à l’Université Kankou Moussa « .

 » Le promoteur de cet établissement scolaire nous a fait savoir qu’il a acheté l’espace au prix du m² du quartier Hippodrome. Ainsi, en 2018, nous avons écrit au ministre des Sports d’alors, Me Jean Claude Sidibé. Il s’était engagé à trouver une solution au problème. Toutefois, le litige n’a été réglé qu’à moitié. Certes, le responsable de la transaction a été relevé de son poste de Directeur National des Sports, mais les 600 m² (le couloir existant entre le champ hippique et l’Université) n’ont toujours pas été restitués au champ hippique. Raison d’ailleurs pour laquelle le mur de clôture a été décalé de 10 mètres à l’intérieur « , at-il rappelé.

Avant d’ajouter :  » Aujourd’hui, l’Université est en passe d’investir sur l’espace. C’est pourquoi nous sonnons l’alerte afin que les plus hautes autorités interviennent. Nous allons très bientôt saisir officiellement le Directeur du champ Hippique afin qu’il remonte l’information à sa hiérarchie. Car nous ne savons pas si, lors de la passation de service au ministère des Sports, le ministre Jean Claude Sidibé a signalé ce problème à son successeur Arouna Modibo Touré, qui est réputé pour sa transparence dans la gestion du département. En tout cas, le problème demeure. Un titre foncier de l’Etat, qui est morcelé par un cadre de l’Etat et vendu à un autre cadre de l’Etat moyennant une simple attestation de vente ? C’est vraiment incroyable « .

Il convient de souligner que le mis en cause, Modibo Bagaga, a toujours réfuté les faits qui lui sont reprochés, sans pour autant prouver son innocence dans cette affaire foncière.

L’ouverture d’une enquête par le département de tutelle serait nécessaire pour faire toute la lumière sur cette affaire, dont on n’a certainement pas encore le fin mot.

Sory Ibrahima COULIBALY

Source : l’Indépendant