sam. Oct 31st, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Lutte contre la propagation du COVID-19 et ses impacts sur les économies: 8 nouvelles mesures de la BCEAO pour promouvoir les paiements électroniques

La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) avait pris, dès le 21 mars dernier, une série de mesures pour maîtriser l’impact du Coronavirus sur les économies des huit pays membres de l’UEMOA. Dans le cadre de la concrétisation desdites mesures, la Banque centrale, avec l’ensemble de la communauté bancaire et les établissements de monnaie électronique de l’Union, a pris de nouvelles mesures pour encourager les populations à limiter les contacts physiques grâce à l’utilisation des paiements digitaux.

Le contact physique est l’une des voies les plus propices à la propagation du Coronavirus. Face à ce constat, des mesures barrières ont été édictées par les autorités sanitaires. Au niveau des banques et établissements financiers, la plus grande alternative aux contacts physiques est la promotion des moyens de paiements digitaux. Un pari dans lequel les banques de la sous-région s’étaient déjà engagées bien avant cette pandémie. Mais désormais, celle-ci va contribuer à donner un coup de pouce à la digitalisation des produits bancaires.

Ainsi, huit nouvelles mesures, prises par la BCEAO et entrées en vigueur le 3 avril dernier, s’inscrivent dans cette dynamique.

Les mesures prises portent, notamment, sur la gratuité, à l’échelle nationale, des transferts de monnaie électronique entre personnes pour les montants inférieurs ou égaux à 5.000 francs CFA, y compris les virements de comptes bancaires vers les porte-monnaie électroniques, et vice-versa ; la gratuité des paiements de factures d’eau et d’électricité, via la téléphonie mobile, pour les montants inférieurs ou égaux à 50.000 francs CFA ; la suppression, par les émetteurs de monnaie électronique, des commissions payées par les commerçants sur les paiements marchands, adossés à la monnaie électronique ; la réduction de 50%, par les banques, des commissions payées par les commerçants sur les paiements marchands, adossés à la carte dans le réseau du Groupement Interbancaire Monétique de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (GIM-UEMOA) ; le relèvement du plafond de rechargement du porte-monnaie électronique de deux (2) à trois (3) millions FCFA et du cumul mensuel de rechargement de dix (10) à douze (12) millions FCFA. Cette mesure est applicable unique ment aux clients régulièrement identifiés.

S’y ajoutent la réduction de 50% des frais appliqués aux virements bancaires de la clientèle, traités via le Système Interbancaire de Compensation Automatisé de l’UEMOA (SICAUEMOA) ; l’assouplissement des conditions d’ouverture des comptes de monnaie électronique. A ce titre, les émetteurs de monnaie électronique sont autorisés à activer les porte monnaies électroniques sur la base des données de la téléphonie mobile, sous réserve de recueillir par tout moyen l’accord du client et de réaliser les diligences liées à l’identification à distance, dans la limite des plafonds réglementaires et la baisse de 50% des frais de retrait par carte bancaire dans le réseau régional du GIMUEMOA.

Par ailleurs, la Banque Centrale a engagé la communauté bancaire à assurer la disponibilité et la qualité des services au niveau des guichets automatiques et des terminaux de paiements électroniques.

Ces mesures, entrées en vigueur à compter du 3 avril 2020, s’étalent sur une période de 30 jours, renouvelable en fonction de l’évolution de la situation sanitaire.

YC

Source : l’Indépendant