ven. Oct 23rd, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Second tour des élections législatives: Le satisfécit de WANEP pour le déroulement du scrutin

La Cellule de veille Électorale de WANEP-Mali a organisé, hier, lundi 20 avril, à l’Hôtel de l’Amitié, un point de presse, pour faire le point de la mission d’observation déployée sur l’ensemble du territoire national dans le cadre du 2e tour des élections législatives.

C’est grâce à l’appui financier de l’Union Européenne (UE) que le WANEP a déployé des observateurs au cours des élections législatives. Selon sa présidente, hormis quelques difficultés constatées dans les régions de Mopti, Tombouctou et Gao, la Cellule de veille électorale relève avec satisfaction le bon déroulement d’ensemble du second tour des élections législatives dans notre pays. Pour Mme Diarra Fatoumata Dembélé, cette élection permettra à notre Etat de renforcer et de légitimer les institutions de la République du Mali.

Dans le cadre de son observation, la Cellule a déployé 123 observateurs dans huit régions du territoire plus le district de Bamako. Sur l’ensemble des circonscriptions électorales, les observateurs ont constaté que 98,33% des bureaux de vote étaient ouverts à 8 heures et que 99% des bureaux ont fermé à 18 heures, suivant la loi électorale.

Mme Diarra Fatoumata Dembélé recommande ainsi l’amélioration des futurs processus électoraux et du climat social. Cela en œuvrant à la création d’un meilleur climat favorable au dialogue et à la bonne tenue de toutes les consultations électorales. Et de prendre les dispositions requises pour faire face à la pandémie du COVID-19 après le scrutin, de tenir compte des requêtes formulées par les acteurs politiques et de la Société civile, entre autres.

La Cellule de veille de WANEP recommande fortement aux partis politiques et candidats d’animer la vie publique à travers l’éducation civique des militants, conformément à la charte des partis politiques et de privilégier le dialogue ainsi que le recours aux voies légales pour le règlement des éventuels différends.  » La mission demande la libération du Chef de file de l’Opposition retenu par des groupes extrémistes violents depuis le 25 mars dernier », at-elle insisté.

Oumar BARRY

Source : l’Indépendant