jeu. Déc 3rd, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Incendie survenu au marché de Boulkassoubougou, le 8 mai dernier: Le ministre Mohamed Ag Erlaf visite le site et exprime la solidarité du gouvernement aux victimes

C’est en compagnie du président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (CCIM), Youssouf Bathily, que le ministre de l’Industrie et du Commerce, Mohamed Ag Erlaf a effectué une visite au marché de Boulkassoumbougou victime d’un incendie, dans la nuit du 8 au 9 mai dernier. Une occasion saisie par le ministre pour rappeler aux occupants la nécessité de libérer les voies d’accès et d’éviter, entre autres, la surpopulation dudit marché.

Accueillis, hier dans la matinée, par le maire de la commune I, Oumar Togo, et les membres du bureau des occupants du marché, le ministre et sa délégation ont fait le tour des magasins et des kiosques qui ressemblent aujourd’hui à un champ de ruine. Dans un amas de tôles calcinées, de tas de vêtements transformés en torchon, les visiteurs du jour avaient de la peine à se frayer un chemin à cause de l’exiguïté des lieux et de l’étroitesse des passages. C’est, d’ailleurs, cette quasi inexistence des voies d’accès à l’intérieur du marché pour les engins de la Protection civile qui aurait fortement ralenti l’avancée des soldats du feu. Arrivé en moins d’une heure après le début de l’incendie, le premier véhicule des sapeurs-pompiers a été vite rejoint par deux autres dont l’un, malheureusement, n’avait pas d’eau dans sa soute. Il fallait trouver une bouche d’incendie à proximité qui, malheureusement, n’y existait pas, alors que ledit marché est ouvert depuis les années 94, aux dires d’un membre du Collectif des occupants du marché. Et le maire de renchérir que  » celui qui veut s’installer aujourd’hui dans ce marché n’aura même pas un mètre carré pour se faire  »

Après avoir pris contact avec les autorités locales et constaté l’ampleur des dégâts, le ministre Ag Erlaf a souligné que l’origine du feu reste pour le moment inconnue, mais que la police est en train de faire des investigations pour déterminer la cause de cet incendie. Pour lui, il y a dans ce marché, une densité trop élevée et une absence totale d’accès réservée à la Protection civile. Il a aussi dénoncé  » la surpopulation des marchés, les branchements anarchiques et le nombre trop élevé de personnes sur les voies d’accès qui ne sont pas destinées aux étals et aux vendeurs à la sauvette « .

Le ministre de promettre que le  » désordre dans cette partie du marché sera bientôt résolu par la mairie en rapport avec la CCIM. Il s’agira pour cela, d’abord, de recenser les victimes et, ensuite, d’élaborer un plan d’aménagement afin d’éviter ce genre d’incendie qui devient fréquent  » selon lui.

Avant une éventuelle évaluation, le nombre des victimes est estimé, d’ores et déjà, à plus d’un millier de personnes et les dégâts matériels à plusieurs centaines de millions FCFA. Tous les sinistrés disent attendre que l’Etat leur vienne en aide afin qu’ils puissent se réinstaller et pouvoir refinancement leurs affaires.

Mamadou FOFANA

Source : l’Indépendant