dim. Oct 25th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Mise en œuvre des mesures d’ordre commercial contre l’impact de la COVID-19: 279 commerçants détaillants amendés sur 4 041 contrôlés par la DGCC: Une trentaine de tonnes de produits alimentaires nocifs retirés des marchés

Depuis l’entrée en vigueur des mesures d’ordre social et surtout commercial contre l’impact de la Covid-19, le ministère de l’Industrie et du Commerce, à travers la Direction Générale du Commerce, de la Concurrence et de la Consommation (DGCC) a mobilisé ses nombreuses équipes d’enquêteurs à travers le pays pour contrôler le respect des prix plafonds des produits de première nécessité. A la mi-mai, environ 4 041 points de vente ont été contrôlés assortis de sanctions contre 279 détaillants contrevenants. Une trentaine de tonnes de produits impropres à la consommation saisies. L’amende recouvrée et reversée au Trésor public s’élève à plus de 7,7 millions de FCFA.

Dans le cadre du plan de riposte à la Covid-19, le gouvernement a adopté plusieurs mesures d’ordre sanitaire, social, économique, fiscal et financier.  Au titre des mesures d’ordre social, les mesures commerciales prises concernent la réduction de 50% de la base taxable du riz et du lait au cordon douanier, la sécurisation de l’approvisionnement du pays en produits de première nécessité et des stocks déjà disponibles sur le territoire national,  le renforcement des brigades de contrôle économique de la DGCC.

Pour l’exécution de ces mesures de réduction des prix,  des cahiers de charges assortis d’avenants ont été signés par les opérateurs économiques disposant d’un réseau dense de distribution à travers tout le pays. Sur la base de documents les liant à l’Etat, des prix plafonds ont été fixés au détail pour le riz brisure (à 100%) à 350 FCFA le kg, le riz brisure (à 25%) à 375 FCFA le kg.

En ce qui concerne le lait, des opérateurs économiques se sont engagés à vendre à 950 FCFA la boite de 1 litre de lait non concentré, à 2 100 FCFA/kg le lait entier en poudre et à 850 FCFA la boite de 1 kg de lait concentré sucré.

Pour garantir l’approvisionnement et la disponibilité des stocks, des actions de lutte contre l’exportation frauduleuse des denrées de première nécessité ont été intensifiées. A cet effet, une vingtaine de camions chargés de céréales sèches ont été interceptés à Kéniéba et à Zégoua. Les contrevenants ont écopé de sanctions pécuniaires prévues par la règlementation en vigueur et ont été contraints de retourner vers leurs localités de chargement.

Par ailleurs, un dispositif d’évaluation régulière du niveau des stocks auprès des principaux grossistes a été mis en place afin de déterminer la durée de couverture des besoins alimentaires des populations et ce en vue de prendre des mesures anticipatives le cas échéant en fonction du niveau du seuil d’alerte.

Au total, la DGCC estime que «  l’état d’approvisionnement des marchés en produits de première nécessité est jugé satisfaisant, à l’exception de celui du riz qui s’effectue en flux tendu, en raison des mesures restrictives à l’exportation adoptées par les pays de transit« .

Cependant, pour contenir la fluctuation des prix, des mesures ont été prises en vue de renforcer le contrôle économique sur l’ensemble du territoire, notamment des produits subventionnés. A la date du 15 mai, environ 4041 points de vente ont été visités par les enquêteurs de la DGCC et 279 contrevenants ont été verbalisés à travers tout le pays. Ces contrôles ont également permis de retirer du circuit de distribution une trentaine de tonnes de produits nocifs, dangereux et/ou impropres à la consommation. L’amende recouvrée s’élève à 7.737.000 FCFA entièrement reversés au trésor. Pour la DGCC,  » le niveau relativement bas de l’amende s’explique par la petite taille des entités contrôlées. Sinon au niveau des grossistes, les prix plafonds grossistes sont respectés quasiment par tous les signataires des cahiers de charges « .

Il faut signaler qu’au cours des missions, les équipes de contrôle ont encouragé les détaillants à l’affichage des prix plafond indiqués pour orienter les consommateurs.

Youssouf CAMARA

Source: l’Indépendant