mer. Nov 25th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Incarcéré à la prison centrale pour  »  trafic d’armes « : Le  » capitaine  » Drissa Coulibaly à la barre ce mardi

Le  » capitaine  » Drissa Coulibaly, qui avait fait son irruption au Mali à la faveur du Coup d’Etat de mars 2012 et de la rébellion au nord du pays est en détention préventive à la prison centrale de Bamako-Coura. Poursuivi pour  » trafic d’armes  » il sera jugé en principe ce mardi 26 mai au tribunal de la commune III du district de Bamako. L’intéressé nie en bloc les faits qui lui sont reprochés et se dit  » victime  » de sa volonté  » d’aider la justice  à mettre la main sur un réseau de trafic d’armes.  »

Son nom avait défrayé la chronique au lendemain du coup d’Etat qui avait mis un terme au pouvoir du président Amadou Toumani Touré. Celui qui se définissait comme un ancien mercenaire repenti ayant  opéré sur plusieurs fronts dans la sous-région, notamment au Liberia où il aurait acquis le titre de  » capitaine  » dans l’armée de ce pays, Drissa Coulibaly, c’est de lui qu’il s’agit,  après son retour au bercail, a été dans le cercle  rapproché du chef de la junte, Amadou Haya Sanogo.

Il se faisait alors appeler   » one man for ten  » (un homme pour dix)  et expliquait avoir décidé de revenir au pays avec ses hommes pour aider l’armée malienne à combattre la rébellion au nord du pays. Après avoir été arrêté et emprisonné avec certains membres de l’ex-CNRDRE, il se faisait rare dans les milieux militaires après sa libération.  Même s’il n’hésitait pas à donner ses points de vue sur la situation sécuritaire au centre du pays.

Selon ses explications, c’est dans ce contexte qu’il a été approché par certains commerçants originaires du centre pour lui demander de les aider à avoir des armes pour renforcer les milices donzos en vue de se défendre contre les exactions dont ils étaient victimes.

A l’entendre, c’est animé par un souci de ne pas contribuer à l’aggravation de la situation et pour aider la justice à mettre la main sur ces personnes malveillantes qu’il a immédiatement pris contact avec un haut responsable du ministère de la Justice à qui il a exposé la situation. Ce dernier l’aurait mis en contact avec la BIJ (Brigade d’investigation judiciaire) pour conduire l’opération qui devait aboutir à l’interpellation de ces personnes qui cherchaient à acquérir  des armes. Mais, au bout de sa collaboration avec les éléments de la BIJ, c’est finalement lui, qui devait servir d’appât pour démasquer les délinquants, qui a été arrêté et écroué avant d’être déféré à la prison centrale par le magistrat Dramane Diané.

Il estime être victime d’une  conspiration entre les éléments enquêteurs et les commerçants trafiquants. Une version des faits qu’il devra certainement défendre ce mardi devant le tribunal de la commune III du district de Bamako.

YC

Source: l’Indépendant