mer. Sep 23rd, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

En Libye, les combats se poursuivent à Syrte

Malgré la demande de cessez-le-feu venue du Caire ce week-end, les combats ont lieu ce lundi à Syrte. Après plusieurs victoires quasiment sans combattre, la semaine dernière, les troupes du Gouvernement d’union nationale sont désormais confrontées à une résistance plus importante de la part de l’armée de Khalifa Haftar.

Les forces de Tripoli, fidèles au Gouvernement d’union nationale (GNA), ont bombardé tôt ce lundi matin la ville de Syrte avec des roquettes. Selon des sources sur place, au moins sept civils auraient été tués, dont trois enfants.

Contrairement aux offensives sur les villes de Tarhouna et Bani Walid la semaine dernière, les assaillants rencontrent une forte opposition. Les hommes de Khalifa Haftar qui contrôlent Syrte depuis le début de l’année peuvent compter notamment sur les drones et avions de chasse russes stationnés dans une base militaire au sud de la ville. Des mercenaires russes sont également postés à Abou Hadi, à 20 kilomètres au sud de Syrte.

Le maréchal libyen peut aussi compter sur trois importantes milices de Syrte dont le Bataillon 604 composés de salafistes. Khalifa Haftar a également dépêché sur place une partie de l’unité de lutte anticriminalité de Benghazi, le fief du militaire pourtant situé à plus de 500 kilomètres à l’est de Syrte.

Visite à Moscou annulée
De l’autre côté, on se prépare également à des combats longs et violents. Le commandement militaire du Gouvernement d’union nationale a demandé aux plusieurs régions de l’Ouest, dont Zawya, Tajoura et le Djebel Nefoussa, d’envoyer des hommes. Syrte, située à la frontière officieuse entre l’Est et l’Ouest et la porte d’entrée occidental aux terminaux pétroliers. Elle pourrait être la mère de toutes les batailles dans le conflit entre les deux autorités rivales.
Par ailleurs, le Premier ministre du Gouvernement d’union national de Tripoli, Fayez el-Sarraj, devait se rendre à Moscou ce matin. La Russie est l’un des principaux alliés de Khalifa Haftar. La discussion devait tourner autour d’un éventuel arrêt de l’offensive des forces de Tripioli à Syrte, mais la rencontre a été annulée au dernier moment par le Kremlin qui n’a pas donné pour le moment de raison.
Source: Rfi.fr