jeu. Sep 24th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Le bilan des altercations entres forces de l’ordre et les manifestations du 5 juin dernier: «19 blessés dont 15 parmi les forces de l’ordre, 11 véhicules endommagés dont un incendié»

Le gouvernement du Mali a dressé un bilan de la grande mobilisation organisée le 5 juin dernier par la coalition CMAS-FSD-EMK pour « exiger la démission d’IBK « . Ledit bilan fait état de 19 blessés dont 15 parmi les forces de l’ordre, 11 véhicules endommagés dont un totalement incendié.

Selon le gouvernement, ce rassemblement qu’il a autorisé à travers le Gouvernorat de Bamako  » s’est globalement déroulé sans incident « . Cela, même si une quarantaine de manifestants souffrant de malaise ont été secourus par les unités d’intervention de la Protection civile. Le gouvernement, dans son communiqué, daté du 6 juin, déplore toutefois qu’à  » la fin du rassemblement sur la Place de l’Indépendance, des manifestants particulièrement surexcités se soient dirigés vers la résidence du président IBK sise à Sébénicoro ». Lesquels ont été dispersés à coup de gaz lacrymogènes par le dispositif sécuritaire mis en place par les forces de l’ordre.

A la suite des altercations, le porte-parole du gouvernement rapporte que 19 personnes ont été blessées dont 15 parmi les forces de l’ordre, 11 véhicules des forces de sécurité endommagés, dont un totalement incendié. Il a précisé que des interpellations ont été effectuées sur les lieux sans donner des chiffres. De plus, il annonce qu’une enquête est en cours pour situer toutes les responsabilités de ce débordement.

Plusieurs sources annoncent, par ailleurs, l’arrestation d’un vieil homme, qui apparait dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux insultant copieusement les partisans du président de la République. A ce stade, aucun des leaders du rassemblement n’a fait l’objet d’interpellation.

Les organisateurs de la marche  » anti-IBK  » s’organisent pour entamer d’autres manifestations de grande envergure. Ils animeront, cet après-midi, un point de presse au siège de la CMAS de Mahmoud Dicko.

Moussa Sayon CAMARA

Source : l’Indépendant