lun. Juil 6th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Suite à une médiation conduite par l’honorable Mamadou Diarrassouba, le week-end dernier: Les six secteurs cotonniers de Fana décident de semer le coton

L’honorable Mamadou Diarrassouba a conduit, le samedi 27 juin dernier, une équipe de médiation dans la région cotonnière de Fana en vue de sauver la campagne cotonnière. Sa délégation a, à l’issue d’une réunion, pu convaincre les producteurs du coton de cultiver l’or blanc pour la saison 2020-2021.

Cette mission de dernière chance avait pour objectif de sensibiliser et convaincre les agriculteurs à semer le coton. Elle intervient après la décision du gouvernement de ramener le prix du coton à 250 FCFA et de maintenir le prix du sac d’engrais à 11.000 FCFA.

Les paysans avaient, en effet, décidé de boycotter la campagne cotonnière de cette saison lorsque le gouvernement avait initialement fixé le prix d’achat du coton à 200 FCFA et celui de la vente du sac d’engrais à 11.000 FCFA.

L’honorable Tiassé Coulibaly, vice-président de l’Union des cotonculteurs du Mali a expliqué les-dessous de la fixation du prix du coton et de l’engrais. Selon lui,  » les prix ont été déterminés par certains responsables de l’Union, la CDMT et le ministère sans un débat franc à la base « . Il a révélé avoir  » demandé aux autorités de revoir leur copie en vain « .

Pour trouver une solution, cet élu de l’hémicycle a rappelé que  » le Premier ministre a été saisi grâce à l’implication de l’honorable Mamadou Diarrassouba « .  » Sans aucune flatterie, son implication a été nécessaire puisqu’elle nous a permis d’avoir une augmentation du prix du coton et le maintien du prix du sac de l’engrais à 11 000 FCFA  » a indiqué ce député, qui estime que cela n’est pas suffisant mais peut permettre raisonnablement aux agriculteurs de cultiver le coton.

L’honorable Mamadou Diarrassouba a, pour sa part, admis que  » la décision a été mal réfléchie « . Pour lui,  » une campagne agricole, sans la production du coton, aura une conséquence très fâcheuse au plan économique et social dans notre zone « . A titre illustratif, précise-t-il, des usines seront aux arrêts augmentant le taux de chômage et des milliers de jeunes s’installeront dans les sites d’orpaillage.

 » La seule chose qui peut nous épargner cette situation est de semer le coton. C’est pourquoi, malgré votre colère et votre déception justifiées et légitimes, je vous implore du cultiver du coton cette année « , at-il dit aux paysans des six secteurs de la filiale de Fana. Cette sollicitation a eu un écho favorable chez les cotonculteurs. « Finalement nous sommes tombés d’accord qu’il faut cultive.

le coton  » a conclu Kefa Diarra, secrétaire général du syndicat des producteurs de coton.

Ce dernier a aussitôt appelé les producteurs de coton, qui disposent des superficies cultivables, à semer le coton. Ibrahim Sissoko, l’administrateur général de la CMDT de Fana les a rassuré qu’ils peuvent semer le coton jusqu’au 15 juillet.

En outre, l’honorable Mamadou Diarrassouba a réaffirmé son soutien au président de la République.  » Je n’ai aucun problème de personne. Tout ce que je fais c’est pour le Mali. Tout ce que je peux faire pour aider le président Ibrahim Boubacar Keïta, je le ferai parce qu’à un moment de l’histoire j’ai pris l’engagement de le soutenir. Je tiendrai cette promesse « , a-til précisé.

M.S.C

Source : l’Indépendant