lun. Août 10th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Cheick Oumar Sissoko à propos de la gestion du pouvoir après IBK: « Nous prévoyons une transition avec un gouvernement de 15 à 20 membres »

Le coordinateur de EMK, Cheick Oumar Sissoko a exclusivement soufflé à L’Indépendant le schéma de la gestion du pays après IBK. Selon lui, son EMK voire M5-RFP prévoit une transition qui sera conduite par un gouvernement de 15 à 20 membres.

La mobilisation anti-IBK ne faiblit pas surtout après l’échec des négociations entre le président IBK et le M5-RFP. Le locataire de Koulouba, qui fait l’objet de contestation a, en effet, renvoyé le directoire du M5-RFP vers la Majorité présidentielle pour discuter. Ce mouvement est aussitôt revenu sur sa position initiale : la démission du président IBK et de son régime. Il appelle, à cet effet, à un grand rassemblement pour le 10 juillet prochain.

Au sein de Espoir Mali Koura (EMK), qui est membre du M5-RFP, les responsables semblent s’être fait une idée du schéma de la gestion du pouvoir après IBK. Son coordinateur Cheick Oumar Sissoko a décliné, le week-end dernier, dans un entretien à L’Indépendant, ses grandes lignes. Après IBK,  » nous prévoyons une transition avec un gouvernement de 15 à 20 membres pour faire l’état de la Nation  » nous a révélé l’ancien ministre de la Culture de 2002 à 2007.

Cette équipe de transition aura, selon lui, la lourde tâche de faire un état de la Nation pendant les deux premiers mois. Elle doit organiser, trois mois après le début de la transition, des concertations nationales ou une conférence nationale souveraine pour faire un débat autour du texte issu de l’état de la Nation.

Assemblée de transition

Dans le schéma des contestataires, une Assemblée de transition sera mise en place pour s’occuper de la révision constitutionnelle, de la Loi électorale, des règles du jeu politique. Ils prévoient aussi d’organiser la société civile afin de mettre tous les Maliens au centre des programmes gouvernementaux.

Concomitamment aux travaux susmentionnés, l’organe de la transition s’éttelera, à en croire Cheick Oumar Sissoko,  » à chercher des solutions aux problèmes prioritaires « . Lesquels sont liés à l’insécurité, aux besoins sociaux, à la crise au Centre et au Nord du pays. Entre autres.

Evoquant le mémorandum du M5-RFP, l’ancien ministre de la Culture a confié à L’Indépendant que cette nouvelle stratégie de faire une transition avec IBK comme président honorifique n’a pas obtenu l’accord de son regroupement. Lequel a été, précise-t-il, créé sur la base d’un seul objectif : faire partir IBK et son régime, mettre en place une transition et aller à une quatrième république.

Désobéissance civile

 » Cette nouvelle démarche nous divergeait de notre objectif initial « , a affirmé ce cinéaste qui estime qu’elle est  » un chemin qui nous conduira encore dans l’impasse parce que le pouvoir en place n’a jamais accepté de remplir ses engagements « .  » Pourquoi adopter une nouvelle stratégie alors que la première n’a pas été exécutée jusqu’à la fin et déclarée inefficace ? « , S’interroge-t-il.

Le M5-RFP, après sa rencontre avec IBK, annonce le début de  » la désobéissance civile  » à partir du vendredi prochain sur l’ensemble du territoire. Cette action consiste en l’occupation pacifique de tous les lieux publics jusqu’à l’obtention de  » la démission du président IBK et de son régime « .

Moussa Sayon CAMARA

Source : l’Indépendant