jeu. Août 6th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Mission de médiation de la délégation présidentielle de la CEDEAO à Bamako: Les Chefs d’Etat accueillis dans une atmosphère très tendue entre pro et anti-IBK

La délégation des Chefs d’Etat de la CEDEAO a été accueillie, hier jeudi, dans la capitale malienne dans une atmosphère de tension alimentée par les partisans et les détracteurs du président IBK. De l’aéroport international Président Modibo Keïta à l’Hôtel Sheraton, la foule (pro et anti IBK) s’est dressée au bord de la route exhibant des pancartes hostiles et de soutien à IBK.

Les soutiens du président et des institutions, visiblement plus nombreux, arboraient, le long de l’autoroute de l’aéroport, des teeshirts floqués  » CFR pour la République et la démocratie « , tout en scandant les slogans :  » IBK an bi fai (IBK, on vous aime) ; J’aime le Mali, je soutiens mon président ; C’est nous le peuple  » ;  » le Mali appartient à nous tous. IBK ne bougera pas « , entre autres. Une des manifestantes, devant l’hôtel Sheraton, affirma à L’Indépendant qu’elle est « sortie pour la paix et l’entente « .

En face de ces pro-régimes, regroupés devant l’hôtel, les jeunes du parti URD s’étaient rassemblés pour attirer l’attention des Chefs d’Etat sur la situation de l’honorable Soumaïla Cissé. Abdrahamane Diarra, président des jeunes du parti, a déclaré à la presse que leur objectif était de  » rappeler que Soumaïla Cissé est en captivité depuis quatre mois et demander aux Chefs d’Etat de discuter avec IBK pour sa libération immédiate « .  » Nous voulons avoir des preuves de vie de Soumaïla Cissé « , a-t-il proclamé.

Les forces de l’ordre, appréhendant des affrontements, ont délogé les deux tendances. Les manifestants réclamant Soumaïla Cissé se sont aussitôt rendus au monument de le Colombe où se trouvaient aussi des pro et anti-IBK. Les jeunes du M5 étaient là, selon Ousmane Traoré (un jeune du mouvement), pour  » exiger la démission d’IBK et de son régime « . Ils brandissaient des slogans :  » Au secours ! IBK, Assassin ! IBK, Get out !, la CEDEAO appartient aux peuples, pas aux Chefs d’Etat « , entre autres.

 » Ils veulent sauver IBK. Ils ne peuvent pas le faire « , nous a déclaré un manifestant. Un autre, visiblement très remonté, renchérit:  » Boua a trop tué nos frères. Il doit quitter le pouvoir « . Plusieurs manifestants-contestataires ont également exprimé leur ras-le-bol face au fait qu’ils ont été empêchés de manifester ou  » pleurer  » tandis que  » les partis du pouvoir ont été autorisés à applaudir « .

Certaines sources rapportent, en outre, des cas de blessés par balles consécutifs à un accrochage entre anti et pro-IBK.

Moussa Sayon CAMARA

Source : l’Indépendant