jeu. Déc 3rd, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Pour insubordination et implication dans des activités lucratives liées à l’exploitation minière: L’officier Bokri AG MOCTAR exclu du HCUA

Depuis quelques jours, il n’est question à Kidal que de la sanction  qui vient de frapper un officier supérieur du HCUA, Bokri AG MOCTAR. C’est par la décision n°007/ 2020, datée du 29 juillet, que le Secrétaire général du HCUA a rédigé, en personne, une décision de radiation dudit officier.

Bokri AG MOCTAR, précédemment officier et chef de base du Haut conseil pour l’unité de l’Azawad, basé à Ber, a été exclu et radié de l’effectif du HCUA. Motif : Insubordination et implication dans des activités lucratives contraires aux idéaux du HCUA.

Ainsi, les  causes de l’expulsion de l’officier du camp de Ber sont belles et connues. Il s’agirait de l’exploitation des combattants au profit d’autres causes contraires aux idéaux du HCUA.

Selon une source proche du dossier, il aurait été  reproché à l’officier en question de prendre de son propre chef la décision de déployer des jeunes combattants sur les sites d’exploitation minière et, ce, sans l’accord préalable de la hiérarchie du HCUA. Toute chose qui semble avoir suscité une très vive colère au sein de la hiérarchie.

C’est fort de cela que le Secrétaire général du HCUA dit compter sur la mobilisation et l’implication des militants et sympathisants du HCUA à BER, des autorités politiques et militaires de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA), ainsi que ses partenaires dans la région de Tombouctou, les représentants de l’Etat Malien, de la MINUSMA et de BARKHANE, et les invite à bien vouloir considérer cette décision et de collaborer en esprit d’équipe avec le remplaçant ou le nouveau substitut de Bakri AG Moctar et de l’appuyer dans ses missions, conformément aux directives du commandant de zone du HCUA à Tombouctou.

Rappelons que, depuis un certain temps, l’exploitation minière dans certaines parties du Nord attise la convoitise d’éléments incontrôlés des mouvements signataires, des bandes criminelles et autres trafiquants de tout acabit.

Hari Moussa MAÏGA, Stagiaire

Source : l’Indépendant