lun. Nov 23rd, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Après la tentative d’abrogation de l’article 39 :Les enseignants ont fermé hier toutes les structures éducatives

Comme annoncé, le samedi 15 août, par le directoire de la Synergie des syndicats des enseignants, lors d’une conférence de presse, les enseignants du Mali ont procédé, hier lundi, à la fermeture de toutes les structures administratives du Mali.

Les syndicats signataires du protocole d’accord du 15 octobre 2016 ont mis leur menace à exécution en décidant la fermeture de toutes les structures éducatives sur toute l’étendue du territoire national.

A cet effet, à Kati, la Synergie locale a commencé la journée par la fermeture du lycée public. Ensuite une forte délégation a procédé à la fermeture du Centre d’animation pédagogique, de l’Académie d’enseignement et de l’institut de formation des maîtres.

 » Nous réclamons l’application pleine de l’article 39 conformément au procès-verbal de conciliation et au discours du président de la République tenu au CICB devant l’opinion nationale et internationale « , nous a dit en fulminant un enseignant très remonté.

Un autre d’ajouter  » Sans la signature du décret d’application, les écoles et structures administratives resteront fermées. Et les examens de fin d’année n’auront pas lieu « .

A Bamako, les syndicalistes ont procédé à la fermeture des deux académies d’enseignements et les centres d’animations pédagogiques.  » Nous sommes déterminés et nous allons tenir cette nouvelle stratégie jusqu’à l’application de l’article 39 « , a soutenu Mamady Diakité.

Selon lui, les examens de fin d’année sont sérieusement menacés et l’année blanche est sur le point d’être confirmée.  » Nous demandons juste au gouvernement de respecter le procès-verbal de conciliation signé le 17 juin, d’autant plus que les examens de fin d’année sont pour bientôt « , a indiqué notre interlocuteur.

Notons que l’épreuve anticipée de l’Education Physique et sportive (EPS) du DEF qui devait débuter hier, a été boycottée par les enseignants.  » Vraiment il est temps que nos parents et le gouvernement pensent à notre situation. Notre avenir est pris en otage. Sans les études nous aurons un avenir sombre « , a souligné un élève.

Selon une source syndicale, lors de leur rencontre avec le ministre de l’Economie et des finances, hier soir, les syndicats ont eu l’assurance que le projet sera adopté demain lors du conseil des ministres.  » Il nous a fait savoir que son département s’affaire à la mise à disposition des fonds depuis le 6 août et que tout est mis en œuvre pour l’application de l’article 39 sur les salaires du mois de septembre « , souligne notre source. Malgré ces assurances, les syndicats comptent poursuivre les actions jusqu’à la signature du décret d’application.

Abdoul DEMBELE

Source : l’Indépendant