mar. Nov 24th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Rassemblement pour la reconnaissance et la tolérance, vendredi dernier à la place de l’Indépendance: La junte militaire célébrée par les manifestants et les Chefs d’Etat de la CEDEAO mis en garde par l’imam Dicko

Après la chute du président IBK, des milliers de manifestants se sont retrouvés, vendredi, à la Place de l’Indépendance, pour « célébrer la victoire « . Cette dernière mobilisation, qui a réuni, pour la première fois, mutins et M5-RFP, a été une occasion pour l’imam Mahmoud Dicko d’appeler les Chefs d’Etat  » à plutôt consoler le peuple malien au lieu de le menacer, au risque de se voir châtiés par le Bon Dieu ».

Ils étaient encore plusieurs milliers de manifestants rassemblés à l’emblématique Place de l’Indépendance, non pas pour exiger le départ d’IBK et son régime, mais pour fêter leur victoire et apporter leur soutien à la junte au pouvoir.  » IBK s’est entêté mais il est finalement parti. Je suis très content. Plus rien sera comme avant « , nous affirmé l’un des manifestants, soufflant de temps en temps dans son vuvuzela. Ces propos rimaient avec les slogans brandis dans la foule:  » Merci Imam Dicko !, Vive le Mali ; A bas la CEDEAO ! Le Mali est un pays souverain ! Stop au génocide de la France au Mali ! Vive le CNSP ».

Ce cinquième rassemblement, après ceux des 5 juin, 19 juin, 10 juillet et 11 août a, en effet, drainé une foule que certaines sources estiment plus nombreuse que celles des précédentes sorties. Il est intervenu trois jours après la démission du président IBK, qui a été arrêté par des militaires le 18 août dernier, à son domicile sis à Sébénicoro, puis conduit au camp Soundiata Keïta de Kati, ville-garnison située à 15 km de Bamako.

Cette mobilisation du 21 août, dont l’objectif était de  » remercier le peuple malien et soutenir la junte militaire « , a été l’occasion de réunir, pour la première fois, les  » mutins  » et le M5-RFP. Ce dernier se dit prêt à travailler avec le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) pour l’ouverture d’ « une transition politique civile ». La délégation des militaires, conduite par Colonel Malik Diaw, premier vice-président du CNSP et Colonel-Major Ismaël Wagué, porte-parole dudit comité, a fait son entrée à la Place de l’Indépendance sous l’acclamation et la célébration des manifestants.

 » Parachever la lutte du M5 « 

 » Nous avons parachevé votre (M5-RFP) combat. Nous nous reconnaissons dans votre combat « , a déclaré Colonel-Major Ismaël Wagué, devant un public qui jubilait. Sa déclaration a été corroborée par les leaders du M5, dont Dr Choguel Kokalla Maïga, qui estime que  » l’Armée s’est interposée pour éviter à notre pays un bain de sang parce que le régime d’IBK s’apprêtait à décapiter le mouvement et à réprimer les manifestants, à partir du mercredi (19 août) « .  » Nous allons construire avec le CNSP le Mali Koura « , a renchéri Cheick Oumar Sissoko, qui a invité les jeunes à rester debout pour la suite du combat.

Face aux sanctions sous-régionales, dont le Mali est victime depuis le 19 août, Choguel Maïga a relevé que cette  » décision des Chefs d’Etat ne respecte pas le protocole de la CEDEAO et viole la Convention sur les mers « . Cette dernière convention, datant de 1982, ne permet pas, selon lui, aux pays de le CEDEAO de fermer leurs frontières avec le Mali, qui n’a pas de débouché sur la mer.

Dicko appelle à la réconciliation

L’imam Mahmoud, qui dit son intention de regagner sa mosquée avec un œil sur la vie de la nation, demande à la CEDEAO de consoler le peuple malien au lieu de le menacer.  » Je le dirais très sincèrement et je veux que le message leur arrive. Ceux qui puniront le peuple martyr du Mali seront châtiés par le Bon Dieu « , a prévenu l’imam de Badalabougou.  » J’ai la ferme conviction que ceux qui feront subir à ce peuple martyr des misères encore seront châtiés par le Bon Dieu », a-t-il insisté.

Après avoir remercié les militaires pour l’œuvre accomplie, l’imam les exhorte à rester dignes en respectant leur serment et engagement devant le peuple souverain du Mali. Il a appelé le Maliens à se réconcilier puisque  » notre pays n’est pas un pays de vengeance mais de valeurs, de pardon, d’écoute et de dignité « . Il annonce, à cet effet, qu’il sillonnera avec d’autres leaders religieux, dont Chérif Ousmane Madani Haïdara et le Cardinal Jean Zerbo, dans les jours à venir, le pays pour prôner la paix.  » Il est grand temps de chasser de notre pays les démons de la division « , a souligné le parrain de la CMAS, qui demande aux jeunes  » de pardonner son grand-frère (IBK) « .

Il a invité les Peulhs et les Dogons à taire les armes. A l’endroit de la Plateforme, la CMA et des autres groupes signataires de l’Accord d’Alger, il précise que  » personne ne gèrera la situation à la place des Maliens ».

L’un de ces groupes signataires a même pris part au rassemblement de vendredi dernier et appelé à l’unisson pour un retour de la paix au Mali.  » J’appelle toutes les sensibilités de Kayes à Kidal à considerer aujourd’hui qu’un nouveau Mali s’ouvre, un Mali de l’espoir, de diversités religieuses « , a déclaré Mahmed Ousmane de la Coalition du Peuple pour l’Azawad (CPA).

Moussa S CAMARA

Source : l’Indépendant