dim. Sep 20th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Mali: la Cédéao prête à accorder un an de transition à la junte

Ce vendredi 28 août se tient le deuxième sommet des chefs d’État de la Cedeao depuis le coup d’État au Mali. La semaine dernière, la réaction avait été immédiate et ferme. La Cédéao avait exigé le retour d’IBK au pouvoir, décidé la fermeture des frontières et l’application de sanctions économiques. Mais depuis, les choses ont bougé. La junte a accepté de libérer le président déchu IBK. Les négociations entre les militaires et la Cédéao pour mettre en place le gouvernement intérimaire ont commencé. L’organisation panafricaine est prête à consentir à une transition d’un an maximum.

La Cédéao « trouverait acceptable » l’idée d’un « gouvernement par interim dirigé par un civil ou un militaire à la retraite » pour une période de transition de « six, neuf, ou douze mois » au Mali, avant l’organisation d’élections dans le pays, indique le communiqué de la présidence nigériane. Un délai d’un an maximum, alors que les militaires souhaiteraient, eux, « rester au pouvoir » pendant « trois ans » avant la tenue d’un scrutin, rapporte notre correspondante à Lagos, Liza Fabbian.

Si la durée de la transition sera l’un des enjeux de la réunion virtuelle des chefs d’État de la Cédéao, le nom de celui qui dirigera le futur gouvernement intérimaire sera aussi certainement débattu ce vendredi. Car la page IBK est belle est bien tournée. Il ne sera pas rétabli au pouvoir comme l’avait exigé la Cédéao la semaine dernière. Une note diplomatique de la France, révélée par Jeune Afrique, jugeait dès le 19 août, « irréaliste », le retour du président déchu aux affaires.

Cette idée était surtout défendue par le Guinéen Alpha Condé et l’Ivoirien Alassane Outarra « car ils pensaient à leur propre situation », analyse un observateur interrogé par notre correspondante à Bamako, Coralie Pierret. « Mais aujourd’hui les lignes ont bougé, poursuit-il. La junte consultent tous les acteurs et aucune manifestation d’ampleur n’a réclamé le retour de l’ancien président », conclut l’analyste.

Alors les militaires auront-ils rassurés suffisamment pour que l’embargo soit levé ? Les sanctions économiques, véritable message de fermeté envoyé la semaine dernière par les chefs d’État au CNSP seront au centre des discussions. Leur maintien ou leur assouplissement seront débattus par les participants de la visioconférence de la Cédéao. Cette décision « est entre les mains des chefs d’État de la Cédéao », a rappelé Goodluck Jonathan, le médiateur de la Cédéao.

Dans le même communiqué, Goodluck Jonathan indique que sa délégation a pu rencontrer l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta. Celui-ci a été libéré ce jeudi par les putschistes.

Le colonel Malick Diaw, numéro 2 du CNSP, s’est rendu jeudi en amont de cette réunion à Ouagadougou et à Niamey pour des rencontres de haut niveau.

On ne peut pas laisser tout à la portée des militaires. C’est vrai qu’ils ont répondu à l’appel du peuple, mais la Cédéao doit intervenir pour que les civils reviennent.
Source: Rfi.fr