mar. Nov 24th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Après avoir passé 5 ans en prison : le guérisseur Oumar Koné recouvre la liberté

Après avoir effectué 5 ans de prison pour  » meurtre et détention d’arme à feu illégale », le guérisseur,  du nom d’Oumar Koné, a été reconnu non coupable des faits de meurtre sur un certain Chiaka Traoré, courant 2015, à Samé, en Commune III du district de Bamako.

Selon l’arrêt de renvoi de la Cour sur l’affaire, dans la nuit du 5 décembre 2015, un motocycliste du nom de Chiaka Traoré a été retrouvé mort sur la voie principale, à Samé, avec un sac de charbon attaché dernier sa moto. Dans un premier temps, les personnes qui ont vu le corps, avaient cru que cet incident était dû à un accident de circulation. Mais, lorsque le corps de la victime est arrivé à la morgue, les choses se sont révélées autrement.

De fait, les agents de la santé ont réalisé que la victime avait reçu une balle dans le dos. Après une enquête de la police, Oumar Koné qui, le soir de l’acte, est venu réveiller son voisin en pleine nuit pour l’amener sur le lieu du crime, avant d’affirmer à ce dernier qu’il vient de neutraliser son voleur, fut interpellé le 21 décembre 2015, à la suite d’une enquête rondement menée, qui a suivi la fouille de son domicile, et a permis aux policiers de retrouver un fusil de chasse et des cartouches.

Ce qui a amené les enquêteurs à soupçonner le guérisseur Oumar Koné, qui aurait peut-être donné la mort à la victime Chaka.

Devant la cour, l’accusé a nié les faits de « meurtre » qui lui étaient reprochés. Il dira « je n’ai jamais tué personne. C’est vrai que j’ai un fusil de chasse, mais il ne fonctionne pas, depuis y a 7 ans. Ce  fusil est un héritage  de mon défunt père?, a-t-il soutenu devant la Cour.

Pour le Procureur, l’accusé doit être condamné conformément à la loi et que la Cour ne devrait pas lui accorder une clémence. En arguant que toute personne normale qui donne la mort à quelqu’un doit éprouver des remords. L’accusé ayant commis son crime, c’est par remords ou même par peur qu’il est allé réveiller ses voisins (témoins).

La défense dira :  » personne n’a entendu le coup de feu dans les parages. Sur quelle base est fondée votre pensée Mr le procureur ? La vie est sacrée, il n’a jamais dit à quelqu’un qu’il va punir le voleur du charbon de sa femme. Dans cette affaire il y a eu mort d’homme, mais qui en est l’auteur ? Les témoignages sont contradictoires « . a laissé entendre Me Mah Mamadou Koné.

Et son confrère, Me Tiéssolo Konaré, a indiqué  » Vous menez une mission divine, Mr le président, mieux vaut relâcher mille coupables que de condamner un innocent. Votre mission est de prouver la vérité, c’est ça et exactement ça votre devoir principal, quand j’entends Mr le procureur, qui ne cesse de répéter à chaque fois « je pense » alors, j’aimerais lui dire que « moi, je ne pense pas » mais je dis tout simplement les fais tels qu’ils se sont déroulés, vous et moi, toute la salle a entendu les propos contradictoires des témoins « , a-t-il plaidé. Et de demander la clémence de la Cour afin de libérer l’accusé, qui a passé 5 ans en prison pour une affaire « complètement floue « .

La Cour n’a pas reconnu le guérisseur Oumar Koné coupable des faits de  » meurtre « , mais  l’a condamné à payer 50.000 FCFA pour « détention illégale d’arme à feu ».

Hamadoun dit Baba Sanogo, stagiaire

Source: l’Indépendant