sam. Nov 28th, 2020

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Malgré de nouvelles propositions du CNSP: Les syndicats de l’éducation restent figés sur leur position  

Après la chute de l’ancien régime dirigé par Ibrahim Boubacar Kéïta, le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) a multiplié les rencontres avec les syndicats signataires du protocole d’accord du 15 octobre 2016 sur l’application de l’article 39. Malgré les propositions du CNSP, les syndicats de l’Éducation restent figés sur leur position : à savoir l’application de l’article 39 sur les salaires du mois de septembre.

Lors de la dernière rencontre, le mardi dernier, le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) avait fait deux propositions.

La première était relative à l’application de l’article 39 et l’alignement sur les salaires du mois de novembre 2020 et un rappel de 10 mois, soit de janvier à octobre avec possibilité du report des arriérés de 2019 sur l’année budgétaire de 2021.

La deuxième proposition prévoit l’application effective de l’article 39 et l’alignement sur les salaires du mois de novembre 2020, avec un rappel de 10 mois, soit de janvier à octobre 2020.

Egalement un rappel de six mois de l’année 2019 y sera ajouté (au mois de décembre 2020).

Ainsi, les six mois restants seront reportés sur l’année budgétaire 2021, plus précisément au mois d’avril 2021.

En plus, le CNSP s’était engagé à prendre deux ordonnances : l’une pour modifier le statut des enseignants et l’autre pour modifier la loi de finances rectificative, au plus tard, le vendredi 4 septembre 2020 (pour témoigner de leur bonne foi).

En dépit de ces efforts louables au regard du contexte sociopolitique et économique difficile, les enseignants signataires sont restés inflexibles en réclamant la totalité de leurs dus pour la fin de ce mois de septembre.

 » Le CNSP, soucieux de la refondation de la Nation malienne, invite les enseignants signataires à reconsidérer leur position afin de donner à nos enfants, la chance de rejoindre les bancs « , nous souligne une source.

Face à cette situation de crise qui prévaut à la veille de la rentrée scolaire et à la problématique liée au déroulement des examens de fin d’année, il faut du sacrifice, pensent de nombreux observateurs que nous avons approchés, de la part du corps enseignant et du CNSP, pour éviter que l’année scolaire ne soit à nouveau compromise. Certainement que l’autorité morale du M5 RFP, Mahmoud Dicko, très écoutée, pourrait inviter les différents acteurs à la raison pour sauver l’année scolaire.

Abdoul DEMBELE

Source : l’Indépendant